Compte-rendu de ma visite au consulat de Russie à Bonn

Pour la petite histoire, je suis allée très tôt le matin à partir de Mayence en train, covoiturage, et bus jusqu´au consulat russe de Bonn (eh oui c´est un long voyage de 202 km avec détour par Francfort). Arrivé à destination, il ne faut pas se tromper de bâtiment. Le premier à gauche a l´air du consulat russe car tout est écrit seulement en russe (là je sentais déjà un arrière-goût de ce qui m´attendait en Russie) avec un contrôle des papiers à l´entrée. Mais heureusement que j´ai osé posé la question, qui me semblait bête, est-ce que j´étais au bon endroit.

Ce n´est pas le service des visas

Alors on m´a envoyée au prochain bâtiment, devant lequel une foule de personnes était rassemblée. Là j´avais déjà un peu perdu espoir d´ arriver à rentrer à temps avant la fermeture. Heureusement un russe a remarqué mon air désemparé, m´a proposé son aide, a échangé quelques mots russes avec le portier et tout d´un coup j´avais le droit de passer devant toute cette foule de personnes qui attendait probablement depuis des heures. Mais apparemment ils n´étaient pas venus pour le visa. À partir de là, il faut monter les escaliers à gauche et on se retrouve en face de plusieurs guichets et de personnes éparpillées devant,  sans trop comprendre le système. Le guichet du visa touriste était fermé, hm… très rassurant! Je restais donc là à observer la situation, en plein milieu de la pièce, entre deux guichets. Devant les autres guichets, les gens changeaient de queue, de droite à gauche et inversement. Certains fonctionnaires étaient en train de travailler les dossiers visas, non pas dans les bureaux derrière les guichets, mais sur les tables sur lesquels les gens remplissaient leurs formulaires, peut-être par manque de place. Un russe a dû là aussi remarquer mon air perdu. Il m´a proposé son aide et a commencé à toucher mes documents en disant qu´il s´y connaissait bien, qu´il faisait ça tous les jours. J´étais un peu méfiante. Il voulait que je mette tous les papiers dans le bon ordre dans les passeports parce que ça faisait plaisir au fonctionnaire et que j´étais la prochaine. J´étais étonnée car il s´était mis devant moi pour faire la queue. En fait il travaille pour une agence de voyage et il m´a expliqué que c´était toujours le tour alternativement d´une agence, puis d´un particulier etc. Je commençais à me demander comment sont les coutumes en Russie et est-ce que je devrais le remercier avec un pourboire. Peut-être qu´il se sentirait offensé alors j´ai laissé tombé l´idée et c´était enfin mon tour. Le fonctionnaire a vite contrôlé mes papiers puis m´a donné une facture en disant de payer en bas.

Je suis allée au premier guichet qui ressemblait à une caisse. Et j´attendais patiemment dans la file d´attente… Quand tout à coup un russe venu de nul part me demanda si je voulais payer. Moi et un autre allemand perdu aussi devant moi avons été envoyés dans le premier bâtiment où j´étais la première fois par erreur avec tous ces textes russes sur les murs. Nous avons donc marché les 50 mètres, passeports à la main, en passant devant la même foule de personnes qui attendait toujours (les pauvres). Après avoir passé le contrôle des passeports, j´ai cherché le kacca (caisse) au rez-de-chaussée. Là il faut évidemment faire la queue et payer.

Puis devinez quoi ? Oui bien sûr, il fallait retourner au consulat et refaire la queue pour montrer le reçu. Logique. Là j´ai croisé dans les escaliers le russe de l´agence de voyage de tout à l´heure, qui m´a demandé trois fois, pourquoi j´ai pris autant de temps pour payer. Ben oui il y´avait une russe qui a dû payé 10 factures et remplir tout autant de formulaires dans la queue devant moi. Bref, donc j´étais à nouveau devant les guichets de visa. Deux guichets étaient ouverts: le premier avec une longue file d´attente devant et le second était un guichet réservé aux agences de voyages devant lequel il n´y avait personne. Je me suis mise devant le premier guichet en bonne citoyenne et j´ai commencé à bailler de toutes mes forces. Le fonctionnaire du second guichet m´a remarquée à ce moment là et interpellée. Ah ils sont très compréhensibles ces russes. Enfin il faut bien compenser le chaos. On m´a donné une date pour revenir chercher le visa et voilà.

Le tout a duré seulement une heure et il faut espérer que ça marchera. J´ai écrit qu´on était au chômage alors que ça sera  le cas seulement au début du voyage et pour Björn même un mois plus tard. Mais bon c´est trop tard. On verra bien s´ils veulent bien de nous. Après ces émotions j´ai goûté à mon premier mets russe : Chebureki (une sorte de crêpe farcie à la viande hachée). Miam…



Je suis donc repartie 12 jours plus tard au consulat pour récupérer mon passeport. Il faut se présenter entre midi et 13h00. Je m´étais jurée d´être là-bas peu avant midi. Mais bon j´ai réussi à y être qu´à midi et demi, typiquement marocaine 😉 et je me suis retrouvée devant une grille fermée avec d´autres gens. Après nous avoir fait languir 10 min, le « videur » est enfin venu faire entrer quelques uns d´entres nous. J´ai monté les escaliers le cœur battant et après 5 min d´attente,  j´ai pu admiré nos beaux visas tout neufs !

Maria

 

You can leave a response, or trackback from your own site.

2 Responses to “Visa de Russie”

  1. Maria dit :

    Merci riri je compte sur toi pour nous supporter en live!

  2. riri dit :

    salut
    bon voyage
    c’est super d’avoir ce site. on pourra vous suivre au fur et à mesure

Leave a Reply


huit − 3 =