Enfin la sensation d’être en voyage, l’exotisme et le vrai dépaysement ! Enfin je me sens vraiment en Asie ! Pékin nous a surpris, époustouflés mais aussi choqués.

C’est une ville propre, grande, belle, exotique, traditionnelle, moderne. Il y a maintes temples et jardins à visiter. On ne voulait plus quitter cette ville.

Rien que sa cuisine et ses supermarchés sont des curiosités en soi. La première chose que j’ai mangée : le fameux canard de pékin. Miam. Très bon ! Et ce qui m’a plu, c’est que dans les restaurants chacun commande un plat mais tous sont placés au milieu de la table et chacun peut se servir comme il veut, comme pour un buffet. Certaines tables ont même une plaque en verre tournante pour faciliter le partage. Dans les supermarchés on trouve pleins de sucreries, fruits confis, pâtes toutes faites a gogo (voir photo de gauche !), canards emballes sous vide, limonades, thés glaces… Puis nos pas nous ont guides vers les stands de souvenirs : trop de belles choses, on a envie de tout acheter. C’est dur d’être un globe-trotter et de devoir renoncer à toutes ces tentations. Pareil pour la nourriture. Au début, on veut goûter a tout.

Puis le choc ! Arrivée au marche de nuit, j’ai pu admirer ce que je redoutais le plus. Je l’avais vu dans un documentaire mais sur place c’est tout autre chose. Impossible de détourner le regard des stands de friture et grillades. Les brochettes vendues sont très variées, c’est le moindre que l’on puisse dire. Il y’en a avec du mouton, du tofu, des salamandres, des bébés oiseaux, des embryons, des scarabées, des scorpions énormes et le plus choquant, des scorpions vivants qui gigotent toute la journée sur des baguettes (ici vidéo). On n’a pas ose mange ça. Par contre on a goûte a quelque chose qu’on a pris pour des fruits de mer, qui pue et 3 semaines plus tard on a su que c’était de l’estomac de vache ou de mouton. Dégueulasse. Donc en ce qui concerne la cuisine chinoise, il y a bien mieux mais aussi bien pire que les restos chinois de chez nous. Dans tous les cas ça n’a pas du tout le même goût.

Et les chinois, Ah la la. Ils sont aussi une curiosité en soi. Pendant la semaine de conge de la fête nationale, on en a vu des chinois. Partout partout comme des fourmis. Les parcs qui incitent normalement à méditer et philosopher étaient remplis de petites fourmis groupées. Chaque groupe porte des chapeaux touristes d’une autre couleur (tape a l’œil comme le rouge, rose et les hommes doivent aussi les porter) avec son guide qui tient un drapeau colore et crie dans un microphone ou un haut parleur. Chaque guide essaie de parler plus fort que l’autre. Une fois même il n’y avait qu’un seul touriste chinois qui écoutait son guide, et celui-ci criait dans le microphone à 2 cm de son oreille. Björn et moi, nous étions plies en 2. Le pauvre touriste, il n’avait pas ou s’échapper.

Puis sont super kitch, achètent une tonne de souvenirs, chapeaux carnaval, attrapent touristes. Tout le monde se baladait avec des petits drapeaux chinois. C’est vraiment drôle. Ils se comportent plus en touristes que nous, prennent des photos de tout et n’importe quoi. Même certains nous ont pris en photo de temps en temps. Comme des stars. Et ça dans la capitale ! Ils sont d’ailleurs très curieux. Quand nous lisons quelque chose ou prenons une photo, ils se penchent pour voir ce qu’on fait, nous prennent le livre des mains et sourient tout le temps. Même quand quelqu’un a faillit t’écraser en moto, il rigole après au lieu de s’excuser. Donc finalement tu rigoles aussi au lieu de t’énerver.

Les marchands sont sans-gêne, un peu comme au Maroc mais y’en a un qui a développe une stratégie plus efficace. Il se met au milieu de la rue en faisant de la pub pour son magasin ou son restau et quand tu passes près de lui, il te fait un croche-pied. Très efficace ! C’était de justesse chez moi !

Cependant ils sont, particulièrement a pékin, très serviables, même trop parfois. Déjà ils sont prêts à parler anglais, même s’ils ne connaissent que quelques mots, contrairement aux moscovites qui t’envoient balader. Des que tu ouvres un plan de la ville, ils te proposent leur aide honnêtement. Waw du jamais vu ! Et quand tu demandes ton chemin et qu’ils ne savaient pas, ils ne voulaient jamais s’avouer vaincus. Beaucoup appèlent carrément quelqu’un avec leur téléphone (comme a « qui veut gagner des millions ») comme joker. Ceux qui ne parlent pas l’anglais utilisent le traducteur de leur gsm. Une fois, deux filles voulaient absolument nous aider et ont demande a toute la rue pour nous, ont utilise le gps du portable et ont cherche un quart d’heure avec nous dans la direction opposée de la ou elles allaient.

En somme c’est une ville époustouflante avec des personnes très vivantes et intéressantes !

 

You can leave a response, or trackback from your own site.

8 Responses to “Pékin : notre premier choc culturel”

  1. Christoph dit :

    Hi,
    warum ich auf eurem Blog gelandet bin nachdem ich bei Google nach Schokolade in Peking gesucht habe, weiss ich nicht. Trotzdem habe ich mir euren Bericht durchgelesen und freue mich das ich nicht der Einzige bin der Ueber seine Erlebnisse hier berichtet. Die Weltreise klingt spannend und ich denke ich werde jetzt oefter bei euch vorbei schauen.
    Viele eurer Erfahrungen teile ich uneingeschraenkt, allerdings finde ich, dass es hier sehr viele Supermaerkte mit einer reichlichen Auswahl an normalen Lebensmitteln gibt. Manche sind sicherlich gut versteckt, aber erst die letzten Tage war ich wieder Obst, Gemuese, Eier und Nudeln kaufen. Die Nudeln werden hier frisch zubereitet und man findet nur selten welche die Abgepackt sind wie in Deutschland. Was hat euch den in Peking am besten gefallen? Und habt ihr euch an den Huehnerfuessen oder Schweinehufen versucht? Die beiden einzigen Gerichte die ich hier bisher ausgelassen habe :)

    Schoene Gruesse
    Christoph

    • Bjoern/Maria dit :

      Vielen Dank Christoph, für deinen Kommentar. Oh, sicherlich gibt es unzählige Märkte mit frischen Gemüsen, Nudeln etc. Aber bei den Instant Nudeln gibt es vieeel mehr Auswahl, als sonst wo auf der Welt. Und sind sie nicht voll lecker?! An einem Supermarkt sind wir aber in den ganzen 6 Reisewochen in China nicht vorbei gekommen. Man findet aber auch immer das, was man sucht. :) An Hühnerfüße und Schweinehufen haben wir uns allerdings nicht getraut. Was gibt’s denn daran zu essen???

  2. klaus mühlmann dit :

    hallo, ihr beiden!

    das ist einfach unglaublich , euch beide da zwischen den schlitzis zu sehen. hat tatsächlich alles geklappt. eure geschichte von den lebenden skorpionen hat mich geschockt.
    hoffentlich habe ich alles richtig gemacht und meine mail kommt an. alles gute für eure weitere reise!
    gruß!
    klausss

  3. […] Hauptstadt war schon auf den ersten Blick etwas besonderes und ist bis heute unsere Lieblingsstadt in China. Mit ihren majestätischen Tempeln und Gärten und […]

  4. LazyLion dit :

    also wenn ich mir so die heiße Pfanne vorstelle, bin ich ganz froh schon im Augst geboren zu sein..

    Lazy

    • Bjoern dit :

      Gruebel, gruebel… Du meinst, weil du ein Loewe bist. waerst du in China sicher davor gegrillt zu werden? Weit gefehlt. Gerade heute wieder haben wir Tiger-Tatzen auf der Speisekarte gehabt. Da ist es bis zum Loewen nicht merh so weit 😉

  5. Brigitte (Immu-Ganzimmun) dit :

    Hallo Björn und Maria,

    habe heute endlich Zeit gefunden zu lesen was Ihr erlebt. Sehr spannend.

    Grüße aus Bretzenheim

    Brigitte

Leave a Reply


cinq + 6 =