Après notre belle expérience à Chiang Mai, en Thaïlande, nous avons visité le Laos pendant 3 semaines et demi. Ce pays était souvent différent de ce a quoi nous nous sommes attendu. Tout d’abord une petite présentation rapidement du pays, que beaucoup connaissent très mal :

Le Laos est un pays dont la religion principale est le bouddhisme theravâda. Il compte 6,6 millions d’habitants (autant que Rio de Janeiro) pour 236 800 km2, ce qui nous donne une densité très faible de 24 hab./km2. Comparaison avec la France : en gros le Laos est à peu près 2 fois plus petit que la France mais a presque 10 fois moins d’habitants. La capitale est Vientiane. Ce pays a été colonisé par pratiquement tous ses voisins et en prime la France. Seulement depuis 1973, la république populaire du Laos existe en tant qu’état indépendant, c’est pourquoi il n’a toujours pas de culture unifiée et stable. Aujourd’hui le président Choummaly Sayasone est la tête du pouvoir. Voilà pour le petit cours d’histoire.

Laos Tour

Le Laos est l’un des pays les plus pauvres d’Asie. Lorsqu’on arrive au Laos, on s’attend donc à voir un pays rural au niveau de vie très bas, avec des paysages sauvages, des habitants incroyablement amicaux qui t’invitent à boire un thé ou même à dormir et finalement à… être un des rares touristes à découvrir le Laos. Mais beaucoup de choses ont changé. Voici une petite liste des points négatifs et positifs.

D’abord les contre :

« Être l’un des rares touristes » est une idée complètement fausse. On en rencontre partout et comme le Laos n’est justement pas tellement peuplé, ils sautent aux yeux. De plus, comme les habitants n’ont pas assez d’argent pour faire du tourisme et s’amuser, tous les sites touristiques, la plupart des café-restaurants et des activités de loisir sont uniquement fréquentés par les touristes étrangers. A certains endroits il faut vraiment chercher les laos. Vang Vieng par exemple, à l’origine une petite ville de pêcheur au bord du fleuve, s’est transformée en ghetto de touristes, qui se soûlent et se baladent en ville en maillot de bain échancré avec des expressions sexuelles marquées sur le corps, devant les quelques autochtones, plutôt conservatifs et réservés. Ceux-ci tolèrent tout ça car ça leur rapporte de l’argent. Les étrangers s’affalent dans les bars devant la télé toute la journée pour voir des séries idiotes du genre, american dad. NB : le paysage de Vang Vieng a quand même du charme lorsqu’on quitte ce ghetto, avec des caves, des lagons et le tubing (descendre la rivière assis sur une sorte de pneu), je dois le reconnaître, est très amusant.

Vang vieng landscape tubing, Vang vieng 2

blue lagoon, Vang vieng

– Plusieurs endroits, quartiers et mêmes villes ne sont pas du tout authentiques. Cela rejoint le dernier point. Dans ces endroits, les laos ne sont là que pour nous. Ils s’occupent de nous distraire, nous vendre des produits, nous transporter, nous loger, nous nourrir etc. En gros nous sommes leur seule source de revenu. Difficile donc d’avoir un contact sincère au-delà du business touristique. De plus, les seuls qui parlent anglais ou français sont ceux qui travaillent avec les touristes et donc la langue peut aussi constituer une barrière. Seuls les villes plus grandes, comme Vientiane, Pakse et Luang Prabang (en dehors du vieux centre !!!) permettent d’observer des locaux vaguant à leur occupations quotidiennes, qui n’a rien à voir avec nous, les touristes.

Pakse

– Au Laos les prix, du moins pour les touristes, ont été beaucoup plus élevés que ce que nous avions imaginé. La vie est plus chère qu’au Cambodge et au Vietnam. Ou bien le prix est le même mais tu en a moins pour ton argent. C’est quasiment impossible de payer le prix local (ne serait-ce que pour du pain ou de l’eau). Les laos nous considèrent tous pour riches et ne sont pas non plus vraiment prêts à négocier les prix.one road in Laos

– C’est difficile de circuler dans le pays. Il n’y a pas de chemin de fer et les bus ou les camion-taxis sont très très lents. Cela peut prendre toute une journée pour 200 km  sur des pistes caillouteuses et poussiéreuses. Cela a du charme certes, mais dans les montagnes j’en avais plutôt la nausée.

– Le Laos est bel est bien un pays rural avec des forêts sauvages mais cela change à grand pas. Le pays est en construction. Les maisons en bambou à toits de chaumes laissent place aux maisons en béton, et la déforestation se voit à perte de vue. Ironiquement, le Laos vend son bois aux chinois qui en contrepartie lui construisent des routes, de sorte que les touristes, venant pour voir la nature abondante, puissent se déplacer plus aisément et en plus grand nombre. En plus du problème écologique engendré, cela les rend dépendants des chinois.

Les points positifs :

– Ce pays a des spots magnifiques, comportent des chutes d’eau, une multitude de grottes et les belles rives du Mékong. Nos endroits préférés à ne pas manquer : les superbes cascades Tat Kuang Si, près de Luang Prabang et les 4000 îles du Mékong situées tout au sud, lieu paisible, parfait pour faire du vélo, nager ou tout simplement paresser dans le hamac. Et voici le numéro 1 : la grotte Kong Lo à t’en couper le souffle : pendant 45 min (7 km) tu la traverses en barque dans l’obscurité totale ! En chemin tu visites une grande cavité avec des stalagmites et stalactites. Cette grotte vient d’être explorée en 2002 et est difficile d’accès. De ce fait, l’endroit est encore peu touristique donc il faut se dépêcher avant la fin de la construction de la nouvelle route vers Tha Khaek. Il y’a, à part ça, certainement encore beaucoup de sites magiques encore non découverts.

Mekong river Tat Kuang Si waterfalls 4000 islandsKong lo cave

– Il n’y a pas de gratte-ciels, pratiquement pas de camions (les bus passagers servent aussi de transport de marchandises – petite anecdote dans un des bus, nous avons passé 5 heures assis à côté d’une moto, située entre les deux rangées de sièges, qu’il fallait escalader à chaque fois que nous voulions sortir du bus) et pas de Mac donald. La plus grande ville, la capitale Vientiane, compte 350.000 habitants, comme une ville de province, ce qui est agréable. La vie est nonchalante et tout le contraire de stressante.

Bus transporting a motobike (and a lot more)

– On trouve du pain et du fromage ! Apparition du fromage la vache qui rit et de baguettes comme dans toute l’Indochine. Enfin un vrai petit-déjeuner ! 😉

Comme vous voyez, il y’a pour nous pas mal de points négatifs. Cela a été dur de voir le vrai Laos. Mais c’est notre expérience. Nous aimons particulièrement nous fondre dans la masse et être proches des habitants. Cependant beaucoup de voyageurs, que nous avons rencontrés, ont classé le Laos dans leur top 3 d’Asie du sud-est. Nous ne retournerions pas forcément là-bas, mais ce n’est pas exclu. Il reste beaucoup à découvrir et les laos sont un peuple mystérieux que nous aurions bien aimé mieux connaître. Un petit conseil : celui qui voyage au Laos doit avoir beaucoup de temps et de patience pour apprécier le charme de ce pays. Très important aussi : pour fuir la masse de touristes, il vaut mieux éviter de temps en temps les endroits suggérés par le Lonely Planet ou le guide du routard. Les plus courageux peuvent s’aventurer dans la forêt à l’encontre de villages authentiques mais soyez vigilants : beaucoup de bombes américaines n’ont toujours pas explosé et représentent un réel danger mortel. Plus de détails dans un prochain article…

 

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply


trois + 3 =