Revenons à l’Asie : Cet article, nous voulions l’écrire depuis longtemps. Mais ce n’est pas chose facile car nos pensées sont aujourd’hui ailleurs. Ce n’est pas un sujet très gai, mais il est important pour nous d’en parler. Le Cambodge est bien plus que ce que nous allons en raconter. Mais ce qui nous a le plus intéressés et horrifiés à la fois, c’est ce chapitre douloureux de son histoire : les khmers rouges. C’est parfois incompréhensible ce que l’être humain est capable de faire et pour quelles raisons.

Le passé reliant le Laos, Cambodge et Vietnam est globalement connu de tous. Mais être sur place et voir toutes ces horreurs dans les musées, documentaires et même dans le regard de certaines personnes âgées, ne peut laisser indifférent. Pour nous autres, de l’occident lointain, c’est du passé, mais là-bas tout est encore « frais ».

On ne peut pas dire que ces pays aient eu de la chance. D’abord la colonisation des pays voisins, celle de la France, l’occupation japonaise et enfin la guerre américaine (appelée guerre du Vietnam en dehors de l’Asie). Et le pire : beaucoup de personnes souffrent aujourd’hui encore des conséquences de la guerre.

Indochine : un passé traumatisant (partie 2) : le Cambodge et les khmers rouges

La colonisation française du Cambodge en 1863 a permis que les thaïlandais se retirent du Cambodge. Puis l’indépendance du pays fut proclamée en 1953. Mais le répit est de courte durée : déjà à la fin des années 60, la guerre du Vietnam s’élargit sur le Cambodge. Entre 1968 et 1973, plus de 700.000 tonnes de bombes ont été larguées par les américains. L’attaque des Etats-Unis a conduit à ce que le mouvement nationaliste communiste des khmers rouges se renforce. La guerre civile éclate et est remportée par les khmers rouges le 17 avril 1975. Le peuple khmer est soulagé, car cela signifie la fin de la guerre. Cependant, durant les quatre années suivantes, les khmers rouges terroriseront la population. La capitale, Phnom Penh, est évacuée et plus de 2 millions de personnes, incluant les personnes âgées et malades, migrent à pieds vers les campagnes ou des camps de travail. Les conditions de travail sont inhumaines et beaucoup de paysans meurent affamés ou extenués. Les intellectuels, pour leur part, en gros tout ceux qui parlent une langue étrangère ou qui portent des lunettes, sont tout de suite exécutés dans des camps d’extermination.

S21Tuol Sleng (S21), a cell

A Phnom Penh, on peut visiter l’ancienne école transformée en prison par les khmers rouges : le musée Tuol Sleng ou S21. Les détenus, hommes ou femmes, ont été torturés afin qu’ils avouent des « crimes » qu’ils n’ont jamais commis. Les gardiens avaient des consignes précises à respecter, dont la façon de torturer. Ils devaient avoir « une raison ». Mais il était clair que tout ceux qui rentraient dans cette prison étaient condamnés à mourir tôt ou tard. Chaque interrogatoire a été documenté très minutieusement et chaque prisonnier photographié.

Some of the female prisoners in S21 some of the tortured prisonners by khmer rouge in S21

La plupart n’avaient aucune idée pourquoi on les a emmenés ici. Les prisonniers ayant survécu aux tortures, ont été transportés dans des camps d’exterminations, et ont les a abattus les uns après les autres et jetés dans des fosses communes. Les killings fields de Choeung Ek, à Phnom Penh, en est un exemple. Là-bas, les touristes peuvent contempler aujourd’hui 8000 crânes de personnes inconnues empilés dans une tour en verre. Les vitrines sont ouvertes et les crânes à portée de main. Certains pourraient même te tomber dessus, c’est plutôt bouleversant.

8000 skulls, Choeung Ek Choeung Ek, skulls of 8000 unknown victims

Même les enfants n’ont pas été épargnés. Les têtes des nouveaux-nés ont été cognées à mort contre cet arbre.

Babies killed beaten against this tree

A l’époque, le Cambodge ne comptait qu’environ 7 millions d’habitants. 1,5 à 3 millions ont été exterminés ou sont morts de faim en l’espace de 3 ans, donc près d’un tiers de la population ! Pourquoi tout ce massacre ? Un homme en est responsable : Pol Pot. Il a étudié en France et est rentré au Cambodge pour suivre son idéologie : une société rurale et autonome. Il suit l’exemple du communiste Mao, mais en étant encore plus fanatique. Pour moi, cet homme est pire que ne l’a été Hitler. On ne parle toujours que de ça dans les cours d’histoires en Europe. Ici, un tout nouveau phénomène apparaît : l’autogénocide. Pol Pot a tué des gens de sa propre nation, race, religion et opinion politique. Différentes catégories de personnes ont été tuées : des intellectuels, paysans, soldats, femmes, enfants et même des khmers rouges eux-mêmes. On peut dire qu’ils ont été assez paranoïaques et les khmers ont bien faillit devenir « une espèce en voie de disparition ». Bien entendu, ils ont été soumis à un lavage de cerveau. Mais tout cela reste incompréhensible pour la logique humaine. Etre prêts à tuer sa famille et ses propres enfants. Et à quelle fin exactement ? Tout ceci n’a aucun sens et les khmers aujourd’hui ont du mal à s’en remettre.

Mais comme si cela ne suffisait pas, les horreurs ne se sont pas arrêtées avec l’arrivée des vietnamiens. Ceux-ci ont dans un premier temps libéré les populations des khmers rouges, mais ensuite, occupé eux-mêmes le Cambodge. Par la suite, le pays resta instable jusqu’à environ 1998. Des guérillas khmères rouges ont éclatés de temps à autre, laissant des mines antipersonnelles sur leur passage. On voit aujourd’hui au Cambodge trop souvent des mendiants mutilés ou handicapés. Jusqu’à 2007, 15 % des habitants ont été victimes de mines antipersonnelles – certains touristes malheureusement ont l’air de trouver ça drôle et s’achètent des t-shirts représentant des mines qui explosent, comme par exemple celui avec Tintin qui marche avec une jambe de bois –

Ce qui est scandaleux, c’est que l’engrenage juridique a pris un temps fou. Le premier procès n’a eu lieu qu’en 2009 ! Le chef de la prison S21, Kaing Guek Eav, alias « Duch », a été le premier khmer rouge à comparaître devant les tribunaux. Le verdict : 35 ans d’emprisonnement (à l’âge de 68 ans) pour crime contre l’humanité (génocide, esclavage, séquestration, torture, viol etc.). Quoique, selon Wikipédia Allemagne, on a réduit sa peine à 19 ans. Quatre autres accusés attendent leur verdict. Par contre, le leader des khmers rouge, Pol Pot est mort en 1998 à l’âge de 70 ans, sans jamais avoir été jugé. Le Cambodge n’est pas vraiment chaud pour continuer de poursuivre d’autres responsables, pour préserver la paix. En fait, beaucoup d’anciens khmers rouges travaillent aujourd’hui dans la politique ou pour l’armée cambodgienne. Et si on élargissait le cercle des coupables, il faudrait même mettre les États-Unis, l’ONU ou encore l’Allemagne sur le banc des accusés, pour avoir soutenu les khmers rouges, en vue de combattre les vietnamiens.

* Lisez aussi la version allemande de cet article qui présente les choses sous un angle différent*

——————————————————

Lisez aussi Partie 1 – La guerre secrète au Laos

Partie 3 – la guerre du Vietnam

et la conclusion

de notre série sur les guerre en Indochine.

 

You can leave a response, or trackback from your own site.

5 Responses to “Indochine, un passé traumatisant, partie 2 : les khmers rouges”

  1. […] Obwohl dieses Volk Furchtbares erleiden musste unter den Roten Khmer, die während ihrer Schreckensherrschaft etwa zwei Millionen Menschen ermordeten, verhungern ließen oder durch harte körperliche Arbeit […]

  2. […] Obwohl dieses Volk Furchtbares erleiden musste unter den Roten Khmer, die während ihrer Schreckensherrschaft etwa zwei Millionen Menschen ermordeten, verhungern ließen oder durch harte körperliche Arbeit […]

  3. totoche dit :

    Pol Pot a l´air unique dans son genre mais d´autres dictateurs par peur d´une rébellion ou autre ont également massacré leur propre population (ex: guerre civile du Rwanda en 94) Les rébellions prennent souvent naissance dans les villes où les groupes révolutionnaires se constituent plus facilement que dans les campagnes et la misère dans les villes est plus farouche et moins gérable pour les dirigeants, d´où cette volonté de faire table rase des villes et des intellos, principaux militants d´une révolution. Mais à part ça il est évidemment difficile de comprendre les motivations de ce taré!!!
    Qui est le plus grand tueur de l´humanité, Hitler, Staline ou Pot Pot ou..? Bonne question et avis aux historiens car moi je n´en sais rien! le débat pourrait être corsé ( A propos, Hitler dans son antisémitisme s´en est également pris à une partie de sa population, aux allemands juifs).
    Il est effectivement dommage que cette histoire tombe dans l´oublie (dans le monde occidentale), alors merci de nous avoir rafraîchis la mémoire!
    bisous!

    • Maria dit :

      Merci pour ton commentaire très constructif.
      Bien entendu il y’a beaucoup d’autres et beaucoup trop d’injustices dans le monde. Je parle ici surtout de ce qui m’a marqué pendant mon voyage.
      Donc dans le cas de Pol Pot, il a tué 20 à 30 % de la population totale du Cambodge, ce qui est énorme. Et il a exterminé des gens sans vraiment de système particulier. Il n’a pas seulement tué des rebelles mais des gens comme toi et moi, avant même qu’ils aient songé à se révolter. Il a aussi détruit totalement l’industrie de son pays. Il a imposé le labeur agricole, mais ce qui s’est passé, c’est que les gens ont encore plus soufferts de la famine.
      Et qui est le responsable du plus grand génocide de l’histoire ? Difficile de répondre. Selon cet article allemand ce serait Mao Zedong qui aurait massacré près de 45 millions de chinois. Pourtant en Chine, les gens le prennent pour un héros !

Leave a Reply


huit − = 4