Voici notre dernier article sur l’Inde pour le moment. Il sera bientôt temps de raconter nos aventures dans les pays suivants.

Cela pourrait prendre toute une vie de faire un compte rendu sur l’Inde, pays dont la cuisine est exquise, qui contient les plus beaux endroits mais aussi les saletés les plus répugnantes.

Church in GoaDisgusting

Longtemps nous n’oublierons pas ce pays. Il nous a étonnés, choqués, écœurés, fascinés, émus, et mis en colère. Souvent nous avions envie de tabasser tout le monde autour de nous. Vous avez lu jusqu’à présent nos articles sur l’Inde, pour certains positifs, d’autres négatifs et vous vous demandez sûrement, si ça nous a plu ou non et puis si nous pouvons recommander ce pays à d’autres voyageurs.

Franchement la réponse n’est pas du tout évidente. L’Inde a mis nos nerfs à rude épreuve, mais nous ne regrettons pas d’avoir été là-bas.

En Inde on voit des choses comme nulle part ailleurs. On rencontre des personnes qui pensent et réfléchissent de manière totalement opposée à la nôtre, de sorte qu’on n’ait pas l’ombre d’une chance de pouvoir les comprendre. L’Inde est une autre planète.

Nous avons parcouru plus de 7000 Km en 7 semaines à travers l’Inde par voie terrestre. Nous avons visité ces régions :

Le nord avec Delhi, Agra, Varanasi, Calcutta et la région du Rajasthan (Bundi, Udaipur, Jaipur).

Royal gaitor, Jaipur, north IndiaC’était la partie la plus pénible du voyage. Les touristes sont constamment harcelés. On entend à maintes reprises des expressions du genre : « You like, you buy, Don’t like, don’t buy. » Lorsque tu cherches quelque chose, quelqu’un te montre gentiment le chemin (sans savoir où tu vas) « This way! » Et déjà tu est pris au piège par un vendeur qui t’invite : « Come in my Shop, my friend. » Et si tu déclines une fois de plus l’invitation d’un conducteur de rickshaw, sa prochaine phrase sera « Hachich ? 12 hours full power, no shower. »

Cows on Indian streets

La majorité des villes du Nord étaient dégoûtantes, les rues étroites et sans trottoirs, de telle façon qu’il faille se frayer un chemin entre les rickshaw, motos, voitures et vaches. Mais impossible de se concentrer sur la circulation car il faut, comme dans un jeu vidéo, esquiver les bouses de vache et les déchets. Les autochtones portent partout et par n’importe quel temps des tongs. Nous étions contents d’avoir nos chaussures de randonnée « anti-saleté ». A propos de « anti-saleté », il y avait rarement des poubelles mais les vaches sacrées se chargent d’éliminer une partie des déchets. Elles ingurgitent tout et n’importe quoi comme le plastique, le carton et même des colliers en fleurs qui décoraient un bus. Et là où il n’y a pas de vache, on trouve des chiens, cochons ou chèvres avec le même régime alimentaire.

Cow eating garbage

Le centre, où nous avons aperçu des tigres lors d’un safari dans le parc national de Kanha et vu un Bollywood en hindi à Bombay.

Mumbai

Bombay est une ville étonnamment jolie et agréablement propre en comparaison avec le nord. Bien plus recommandable que Delhi par exemple.

Le sud avec ses plages à Goa, les Back waters au Kerala, les temples du Tamil Nadu.

Scenery in Goa

Kerala Backwaters, south India

Il offre un paysage bien plus attrayant et des habitants plus relaxes. Donc le sud est bien plus simple et agréable pour un voyage. Surtout la beauté de Goa avec ses forêts de palmiers, ses températures tropicales et ses belles plages a été pour nous le seul endroit en Inde que nous avons pu associer à des vacances.

Nous avons effectué ce long parcours pratiquement qu’en train de nuit, 3eme classe. En dehors de gens intéressants, on rencontre aussi plusieurs fois des déchets, des souris et tout plein de cafards. Les gens ont pris l’habitude de jeter leurs ordures par la fenêtre du train ou par terre. Les trains sont souvent bondés donc il faut réserver à l’avance, sinon il peut se passer que l’on dorme par terre. Ceux qui veulent peuvent aussi, comme les indiens, dormir sur les porte-bagages en bois. Et même lorsque tu as le luxe d’une propre couchette, il se peut qu’un indien vienne s’asseoir sur tes jambes. Et attention en allant aux toilettes de ne pas en écraser quelques-uns. Si par contre tu voyages en bus, ne t’étonnes pas si un indien près de toi appuie sa tête confortablement sur ton épaule et la garde à cet emplacement qu’importe le nombre de fois que tu frétilles des épaules. Tu resteras toujours plus confortable que la fenêtre et ils n’ont pas peur du contact physique.

In a train

2 people sharing a bed

Enfin bref, sinon il reste des millions d’autres anecdotes à raconter. Rien que pour toutes les escroqueries qu’on a subit chaque jour, il faudrait tout un article. En voici une courte : à Delhi dans un restaurant de classe moyenne, on nous a donné la carte en anglais. Une vraie carte imprimée en couleur et plastifiée. Nos voisins de table, des touristes indiens, avaient la même carte, aussi en anglais mais … avec des prix nettement plus bas ! Lorsque nous avons dit au serveur qu’il nous a « malencontreusement » donné le « mauvais » menu, il a pu nous mentir en pleine face en souriant et disant qu’il y’a différentes cartes pour le midi et le dîner. N’importe quoi ! Il était midi. On a dû lutter pour payer les vrais prix. Et c’est comme ça tous les jours et presque chaque minute. Même en achetant de l’eau minérale en bouteille, on est jamais sûr de ne pas tomber sur l’eau toxique du fleuve. Maria est restée 2 jours au lit avec de la fièvre, après avoir bu de l’eau « minérale. » Ah oui et même lorsque les prix sont affichés, certains vendeurs exigent plus d’argent, comme si on ne savait pas lire ! Ils nous ont souvent pris pour des C… . C’est à croire parfois qu’ils détestent les « blancs ».

Bien sûr, il y’a aussi une tonne de choses à dire sur les indiens et leur comportement, pour nous parfois illogique, comme par exemple leur conception de l’hygiène. Souvent, ils préfèrent s’asseoir par terre plutôt que sur des bancs. Même dans la gare dégoûtante, dans laquelle le fonctionnaire chassait les gens de par terre, beaucoup refusaient d’utiliser les chaises libres.

a lot of people waiting for the train on the floor

Et lorsque l’on pose une simple question (à réponse oui ou non) à un indien, il n’hoche pas la tête comme nous mais la balance bizarrement de droite à gauche et inversement en traçant comme un 8 allongé. C’est ni oui ni non ni peut-être. Même les indiens n’ont pas vraiment l’air de savoir. En fait ça peut vouloir effectivement dire « oui », « non », « peut-être », mais aussi « sais pas », « ça m’intéresse pas » ou « arrête de m’énerver ». Ben alors cette place elle est libre ou non ????

Enfin bon qu’importe, avec le temps et le recul, on en rigole au lieu de s’énerver comme à l’époque. Nous avons essayé de comprendre les indiens et leur pays mais sans succès. Peut-être faut-il passer quelques années dans ce pays pour analyser la culture et mentalité des gens avant même de pouvoir les comprendre. Cependant, ça peut rassurer que de l’autre côté, les indiens ne nous comprennent pas non plus. Quand nous disions que nous mangeons du bœuf, ils nous regardaient comme des bourreaux d’enfants. Ou bien que nous n’avons pas encore d’enfants. Là il y a eu quelqu’un qui a voulu recommander à Björn un bon docteur.

Même nous, quand nous avions été dans ce pays immense, nous avions l’impression qu’il n’existe que l’Inde et aucun autre monde. La plupart des indiens doivent penser pareil d’autant plus que beaucoup n’ont jamais dû quitter leur pays ou même leur ville. En Inde on est sans arrêt préoccupé par tous ces gens et ces impressions. L’Inde exige que tu lui prêtes toute ton attention, te trouble et trompe tes sens.

Mais l’Inde te rend aussi plus fort. Il a développé en nous des traits de caractère qui nous serviront pendant la suite de notre voyage et peut-être même dans notre vie future. Il te rend aussi plus patient, et on apprend à endurer et accepter plus de choses.

Pour répondre à la question de l’introduction : nous ne recommanderions pas l’Inde pour faire des vacances (à l’exception de la région de Goa) mais plutôt en tant que voyage pour découvrir un tout autre monde et acquérir de l’expérience. Mais attention je le déconseille aux âmes sensibles ou irritables.

 

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply


+ un = 9