Ne nous jugez pas. Ce qui est normal en Asie, ne l’est pas ailleurs et vice versa. Nous avons goûté certains plats qui vont peut-être vous choquer mais faire des expériences exceptionnelles à l’étranger fait partie du voyage.

Les cuisses de grenouilles (Hanoi, Vietnam) : eh oui, ce n’est pas en France que nous avons dégusté pour la première fois cette spécialité, mais dans une de ses anciennes colonies. Elles étaient panées et servies avec de la sauce pimentée. La viande était extrêmement tendre et avait sa propre saveur. Vraiment délicieux.

Froglegs Frogleg

Crocodile (Siem Reap, Cambodge et Saigon, Vietnam) : la chair de crocodile est une viande blanche, non grasse qui a le goût de poisson mais la consistance de dinde. Que ce soit grillé au Cambodge ou préparé dans des nems au Vietnam, le crocodile nous a toujours enchanté.

Crocodile

Les œufs de cent ans (Nanjing, Chine) : Ces œufs restent pourrir 100 jours avant d’être servis et sont verts foncés et gluants. On s’était juré en fait de ne jamais y toucher et on en a goûté par hasard, en croyant avoir commandé un dessert (ce genre de gourde arrive constamment en Chine). Le goût est indescriptible et écœurant. On n’a pas pu finir.

hundred years old egg

Asticots (Bangkok, Thaïlande) : C’est Björn qui a essayé, moi je déteste tout ce qui est larve, ver, etc. Selon lui, ça ressemble à du popcorn avec toutefois le goût d’omelette.

Bamboo worm

Le rat (Can Tho, Vietnam) : ce n’est pas le rat d’égout (espérons). Au marché dans le sud, tu peux trouver des rats vivants en cage qui sont tués puis dépouillés devant toi. Sur l’assiette, croyez le ou non, le rat grillé est délicieux et a la saveur d’ailes de poulet mais en plus tendre.

Peeling a rat at the market

Tasty rat leg Rat!

Tarentule (Cambodge) : à l’arrêt de bus, quelque part entre les villes Siem Reap et Phnom Penh, la plupart des cambodgiens du bus se sont jetés sur le stand de tarentules et ont en achetés des sachets entiers. La vendeuse en avait même une vivante sur son T-shirt ! Alors on a dû nous aussi tenter le coup. L’araignée nous a rappelé les chips aux crevettes. Les jambes sont bien croustillantes mais l’abdomen était moins bon.

Will he eat the spider Maria eating a Tarantula

Le chien (Hanoi, Vietnam): désolés nos amis des chiens. Sachez que c’est une race spécialement élevée pour être mangée. C’est une délicatesse au sud de la Chine et au nord du Vietnam qu’on ne peut pas manger sans le savoir, pour ceux qui auraient peur qu’on le leur serve alors qu’ils ont commandé du bœuf.

Nous avons marché longtemps pour trouver un resto à Hanoi qui en propose. On est arrivé trop tard : tout était fermé. La deuxième tentative était la bonne : le resto était une grande pièce avec des vieilles tables basses et des nattes en bambous pour s’asseoir. Le tout sans décoration et pas très accueillant. On était les seuls clients et on se sentait bizarre. On n’était pas vraiment dans la bonne période. Il faut savoir que les vietnamiens en mangent à la fin du mois lunaire pour la bonne fortune. Au début du mois, ça porte malheur et on était à la moitié donc ça passe encore. Bref après ça, on a eu du mal à communiquer avec la serveuse à cause de la langue. On n’était pas sûr de bien comprendre la quantité et le prix. On s’est partagé un menu qui a coûté 180 000 dongs et est constitué de 3 plats de viande de chien : des nems avec les tripes et cacahuètes, des tranche de cuisse et des brochettes. Après quelques secondes d’hésitation, on s’est lancé. Le tout n’était super bien cuisiné, la viande était de mauvaise qualité et coriace mais le goût en soit est très fort et spécial. Pas si mauvais en fait.

thit cho!

Le Cobra (Hanoi, Vietnam) : Le Mat est un village en dehors de la ville avec un joli restaurant de serpent près de l’autre. On avait déjà mangé la viande de serpent au Cambodge et elle était un peu dure. Mais ici c’est différent. C’est un acte de bravoure. Le cuisinier tue le serpent en face de toi, arrache le cœur encore battant et sanglant et le met dans un verre avec de la liqueur.

Preparing of a snake meal

Puis, il verse le sang dans un second verre et en prépare deux autres avec un liquide vert (la bile ou un truc du genre). Björn a bu le verre avec le cœur encore battant et moi le verre avec le sang. Cul sec et c’est fini. D’après lui, le cœur bat toujours sur la langue et on peut le sentir glisser le long du gosier. Le verre avec le sang ça va, mais l’autre était dégueulasse. Ensuite, le cuisinier a préparé 8 plats différents. On peut dire qu’il n’y a eu aucun « gaspillage ». L’animal a été ingurgité entièrement (excepté la tête) : la chair, des nems, la peau croustillante, les os broyés et mixés à des cacahuètes pilées et les entrailles. A part ces derniers, tout était vraiment bon. Pour ce frugal repas, on a marchandé de 600 000 à 400 000 dong pour un petit cobra royal. Ça a vraiment valu le coup.

8 delicous kobra dishes - everything from skin to the bone

Drinking the blood of a King Kobra

Il y a encore maintes autres bizarreries culinaires à découvrir en Asie. Au Laos par exemple, on peut manger des embryons de poulets ou des crapauds entiers en broches; en Chine des scorpions et pratiquement tous les organes possibles et imaginables, en Thaïlande des cafards etc…. Le pire à avaler sont les entrailles et les boissons à base d’algues. Les asiatiques sont vraiment capables de manger tout et n’importe quoi, cependant la plupart de temps, ils se contentent de riz, de poulet, de nouilles et de toutes sortes de légumes. Tout ce qui est décrit au-dessus sont soit des délicatesses, soit des snacks pour les gourmands !

Alors bon appétit !

 

You can leave a response, or trackback from your own site.

3 Responses to “Der kulinarische Wahnsinn Asien”

  1. Sandra Viertel dit :

    Hallo Maria.
    Schön dass Ihr Deutschland nicht vergessen habt. Hihi. Aber leider werde ich nicht mehr hier sein wenn Ihr in ein paar Wochen zurück kommt. Ich beginne im Januar wieder einen neuen Job in Chemnitz und ziehe aus Wiesbaden weg.
    Also verabschiede ich mich schon mal. Alles Liebe und Gute noch für Eure restliche Reise.

    Liebe Grüße
    Sandra

  2. Sandra Viertel dit :

    Hallo Ihr zwei.

    Ich bin beeindruckt, dass ihr noch immer auf Eurere Abenteuerreise seid. Und wenn ich hier lese was ihr alles gegessen / probiert habt, kann ich nur meinen Respekt ausdrücken. Ich würde das alles nie mitmachen. Aber was ihr erlebt und hier schreibt ist besser als jede fernsehduko. Vielen Dank dafür.
    Habt ihr eigentlich wirklich vor zurückzukommen? Und wenn ja wisst ihr schon wann ungefähr? Ihr könntet das doch auch beruflich machen mit dem Schreiben und weiter reisen.
    Ganz liebe Grüße
    Sandra

    • Maria dit :

      Danke Sandra für dein Kompliment. Oh ja, reisen und dabei Geld verdienen, das wäre mein Traum! Leider dauert es nicht mehr solange bis wir nach Hause kommen. Nur noch ein paar Wochen in Neuseeland, dann machen wir uns langsam mal auf dem Weg nach Hause (und besichtigen dabei alles, was wir auf dem Hinweg verpasst haben). Nee, war nur ein Witz (sonnst killt mich meine Familie 😉 )
      Oh, wegen den ekligen Krabbeltieren, das ist eben einei Erfahrung, die ich mich in Deutschland nie getraut hätte. Aber wenn andere Leute etwas für völlig normal halten, dann will man vielleicht doch mal kosten.
      Ich wünsche Dir alles tolle und hoffentlich bis bald.

Leave a Reply


six × 1 =