« Ce sera LA nuit des nuits, elle sera inoubliable. Le 26 j’aurai des attentes et sûrement, comme souvent au réveillon, on se disputera ». C’est ce que je disais l’autre jour à Sonia en plaisantant, pour taquiner Björn. Björn et moi sommes sortis ensemble le 26.06.2003 et cette année ça fera 8 ans qu’on sera un couple. C’est mon chiffre préféré et ça se fête ! Et Sonia, c’est ma sœur qui nous rend visite une seconde fois lors de notre tour du monde, cette fois-ci en Indonésien. Ce pays est très beau mais a quand même été jusque là bien stressant par rapport à la façon de voyager. Les trajets durent une éternité. Il n’y a que des routes de campagne complètement bondées. 2 jours avant, nous avons été à Kuta, la plage la plus populaire de Bali. Elle m’a déçue. Ce n’est pas une plage de rêve et il y’a trop de monde, des embouteillages partout, c’est l’horreur, on se croirait pas sur une île. Alors on a décidé de partir le 25 déjà pour Gili Trawangan, une petite île près de Lombok sans véhicules motorisés. Le bonheur !

Le 25 a été un jour diabolique. Nous nous sommes levés à 5h20 et nous sommes tenus prêts à être cherchés à 6h. Nous avons attendu près d’1 heure puis avons été conduits en mini van jusqu’à l’embarcadère à 8h pour le bateau de 9h. Pourquoi s’être levé donc si tôt ? Je me suis énervée toute la journée, aussi avec ma sœur. Après le bateau, on a pris encore un van, puis on nous a encore fait attendre plus d’1 heure pour encore prendre un bateau. On était censé arriver à 15h et on a été sur Gili à 18h30, tout juste à la tombée de la nuit. 12 heures de trajet ! Mais pourquoi on a choisi ce satané slow boat (Pour économiser, on sait bien)! Et on avait même pas d’hôtel. L’horreur tout simplement. Apres plusieurs tentatives pour se mettre d’accord sur un hôtel à 3, j’ai pu enfin tomber sur mon lit, extenuée et les yeux en larmes. Toutefois l’île semble être magnifique, même dans l’obscurité. C’est calme. Il n’y a que des calèches et des vélos. Cela fait du bien et pourtant il y’ a aussi pleins de bars, restaurants et une bonne ambiance. Parfait tout simplement.

Le lendemain, mal réveillée, je ressentais toujours les mauvais effets de la veille. Björn a voulu disparaître le matin pour procurer quelque chose. Je lui ai dit « Mais non, on s’offre rien. Un bon resto et la plage ça suffit » il a répondu qu’il voulait organiser la soirée. Ok. Alors j’en ai profité pour me doucher, m’épiler faire ma manucure, pédicure et tout le tralala de filles. Il n’est revenu que 3 heures plus tard. Mouais, la journée sera courte. Mon plan était de prendre un bateau pour l’île Gili Meno, l’île honeymoon déserte et calme à seulement 1 Km de distance, on pourrait même y aller a la nage. Mais c’est trop tard. Il n’y a qu’un bateau le matin et un le soir puis trop cher en plus ! J’étais encore en train de m’énerver sur ces systèmes attrapes touristes mais bon faudra se contenter de cette île touristique et se trouver un coin de plage tranquille de l’autre côté de l’île, d’où on peut voir le coucher du soleil à l’abri des regards (dont celui de Sonia). On n’avait rien organisé, on n’a pas trouvé tout de suite une calèche et puis je me suis dit que ça sentait le plan foireux. Il était déjà 15h et le soleil disparaît vite ici. Pff. Finalement on a finit par y arriver. La plage était moins belle mais vide et petit à petit on est devenu de meilleure humeur. Björn et moi avons pique-niqué, nagé, joué aux cartes (snif j’ai perdu 2 fois) et puis attendu le coucher du soleil qui se laissait désirer dans un ciel qui se couvrait de plus en plus. Et puis là, une toute petite fente dans les nuages s’entrouvrit et on pouvait y voir une boule de feu jaune intense qui se projetait sur l’eau. On y croyait plus. Magnifique !

On a écouté quelques chansons romantiques à l’abri de la pluie et puis sommes rentré en calèche. Là, fallait se dépêcher : prendre une douche, enfiler une robe du soir, maquillage et ressortir pour dîner. Je me demandais vraiment où Björn allait bien m’emmener. Après la calèche, il m’a dit que l’endroit n’était plus accessible par la route et qu’il fallait marcher. Eh ben ! Où allais-je atterrir ? La plage n’était plus illuminée et il fallait allumer la torche pour voir le sentier jonché de coquillages. On a passé quelques bars et restaurants morts sans un chat, ni musique. J’espérais que ce ne serait pas là. Peut-être qu’on allait dîner sur un bateau. Ce serait pas mal, ça. Puis on voyait des lumières. Ok une pizzeria. Pas terrible pour un tête à tête, mais au moins y’a une bonne ambiance. Ouf ce n’est pas la pizzeria mais l’endroit suivant. C’est un restau avec des petites constructions en bambou sur pilotis sur le sable. Sur chacune d’elles sont deux petites paillasses et une petite table. Un feu de camp brûle sur le sable et on entend la musique des Gipsy King. Plusieurs couples sont déjà affalés près de la table. Pas luxueux mais très chaleureux et bonne ambiance. Je choisis une boisson et puis Björn me dit que le dîner est déjà commandé. Waw ! Cool j’adore me laisser surprendre ! J’espère qu’il y aura du poisson grillé. Effectivement, mais pas seulement. Après la salade, déjà c’est spécial car j’en ai mangé que rarement dans tout le voyage, le serveur est arrivé avec à chaque bras une « seafood plate » : un barbecue de crevettes, de calamar entier, le plus grand que j’ai jamais vu, et de poisson, puis une assiette de frites qui ne doit pas manquer. Là on a plus parlé, tellement occupé à décortiquer, mettre en pièce et savourer ce frugal repas qu’on a pas tous les jours dans une vie de backpacker.

Pink sunset

Après la salade de fruits, j’en pouvais plus. J’étais rassasiée, heureuse et j’ai fermé les yeux pour m’endormir devant cette plage paisible. « Tu vas pas t’endormir quand même ? » Björn était tout nerveux. « Pourquoi pas ? J’ai tellement mangé. Relax. J’ai l’impression que tu as plus d’un tour dans ton sac » Björn répondit par un proverbe allemand : « Après le repas il faut se reposer ou marcher 1000 pas » Je lui ai dit « tu connais ma réponse, me reposer bien sûr ». Björn commençait à être impatient : « allez, fais-moi plaisir, juste quelques pas. » Bon d’accord. Fallait lever mon corps engourdi et en pleine digestion intensive. J’espère que ce n’est pas trop loin. Tel que je le connais, il va me montrer les étoiles ou un truc du genre, ou bien m’offrir encore un cadeau ? C’est dingue, moi j’ai rien pour lui ! Je pouvais déjà voir des petites lueurs sur le sable. Oh cool, il a dû m’écrire un truc avec des bougies sur le sable comme il avait fait pour notre première année dans mon appart, mais c’était en forme de cœur. Serait-ce un truc du genre « veux-tu m’épouser ? ». Ouf non, ce serait trop. A la place, un couloir était dessiné à l’aide de bougies avec au bout un demi-cercle cercle et au centre des coussins posés par terre. J’étais émue. Je ne m’attendais pas à ce qu’il fasse tout cet effort. Puis il a dit : « je ne savais pas quoi t’offrir alors j’ai composé ce que je sais faire de mieux : écrire des histoires » En le disant, il a sorti des feuilles imprimées, avec au dos un grand 8. Ah c’est donc ça qu’il tapait à l’ordinateur ce matin pendant que je dormais ! Je me suis allongée pour mieux l’écouter. Il a lu 8 histoires courtes dont les personnages avaient 8 caractéristiques communes aux nôtres. Dans la 8eme il s’agissait d’un politicien qui voulait être élu et promettais beaucoup de belles choses au peuple. Toutes ces choses, nous nous les sommes vraiment promises à un moment donné de notre relation. Puis Björn me dit qu’en fait ce n’étaient que 7 promesses et qu’il en manquait une. J’ai essayé alors de me rappeler de toutes les promesses du texte et de deviner celle qui manquait. Il a déjà parlé d’avoir un jour des enfants donc qu’est ce qui pouvait bien manquer. Pendant que je me cassais la tête, j’entendais une petite voix tremblante me dire « veux tu devenir ma femme ? ». J’ai cru mal entendre. Björn est sûrement tombé sur la tête. Toute la plage se mit à tourner autour de moi. Björn et moi avons en fait souvent parlé en général du mariage, récemment encore, et tous les deux avons toujours eu une opinion négative là-dessus. On voulait attendre encore une bonne éternité. Donc c’est pour ça que je ne m’y attendais absolument pas. J’ai bafouillé un truc du genre : t’es sérieux ? J’y crois pas. Ce n’est pas possible ! Les mains de Björn tremblaient et ont attirées mon attention. Il ouvrit une boîte et illumina le contenu avec la lampe de poche. Deux anneaux magnifiques en or blanc avec un petit diamant s’y trouvaient. Oh là là c’est du sérieux ! Ils sont vrais, pas en chocolat. J’ai vite fermé la boîte pour ne pas me laisser influencer comme toutes ces femmes qui sont éblouies par la bague. Ça fait sûrement parti du plan machiavélique des hommes pour nous faire craquer, cette histoire de bague. J’avais l’impression que le sable s’écroulait sous mes pieds. Et là je remarquai que Björn attendait une réponse, là maintenant ! Quand parfois je m’imaginais cette situation, je voulais répondre : « pas tout de suite…laisse moi réfléchir » et j’ai continué à marmonner « je sais pas…c’est trop dur, bla bla » puis les yeux de Björn devenaient humides. En fait, je savais que je n’avais aucun doute sur le fait de vouloir passer le restant de mes jours avec lui et je l’aimais tellement que je ne pouvais pas lui faire de mal en répondant qu’il me faut encore du temps pour le prochain cap et puis j’étais sous le choc. Alors j’ai dit : « je t’aime tellement que je serais même prête à t’épouser » Björn ne semblait pas tout à fait sûr de bien me comprendre : « alors c’est oui ? » je répondis cette fois avec plus d’assurance « je t’épouse ».

Ouf le plus dur était passé pour nous deux. On a eu les larmes aux yeux. Mais on en a parlé la moitié de la nuit et j’étais sincère avec lui. Pour moi, le mariage c’est la routine et casse l’amour. Mais on va risquer le pas…un jour. Pour l’instant c’est juste une promesse. On a choisi le jour : le 26 juin, mais pas l’année. On n’est pas pressé.

Cette nuit du 26 juin 2011 en Indonésie a été effectivement inoubliable.

Maria

 

You can leave a response, or trackback from your own site.

8 Responses to “Nos fiançailles romantiques en Indonésie”

  1. françois dit :

    ouah !
    Bravo !!!
    on attend donc avec impatience l’année de votre mariage !!!
    bisous de nous 3 (Sacha, Morgane et moi).

  2. Maria dit :

    Vielen Dank Leute! Ich wollte unbedingt diesen Moment mit allen teilen.

  3. Sandra dit :

    Traumhaft. Das klingt wie in einem schönen Liebesroman. Alles gute weiterhin. Sandra

  4. Sabrina dit :

    Was eine schööööne Geschichte, ich gratuliere euch sehr herzlich!!! :-)

  5. Jule dit :

    Huhu,

    wir haben euren Vietnam Reisefuehrer gefunden und bedanken uns ganz herzlich dafuer. Vietnams traumhafte Landschaft hat uns sehr beeindruckt, wenngleich die Menschen uns leider eher entaeuscht haben. Nun sind wir in Laos, was wir als echte Erholung empfinden! Alles Gute, Jule und Felix

    • Bjoern dit :

      Hi Jule,

      freut mich zu hoeren, dass unser Buch in gute Haende geraten ist! :) Die eindruecke die jeder hat sind so unterschiedlich. Fuer uns war z.B. Vietnam komplett ein absolutes Highlight. Hoffe ihr geniesst den Rest eurer Reise!

      Bjoern

Leave a Reply


sept + = 8