Les belles plages thaïlandaises

Lorsqu’on voyage au sud de la Thaïlande, la question que chaque touriste se pose est : « Quelle est la plus belle plage » ? Même après en avoir visité quelques unes, il est difficile de répondre à cette question. Voici une petite présentation de chaque île et plage où nous avons été :

  • Ko Tao

Cette petite île paisible est en fait le lieu de rencontre de tous ceux qui veulent découvrir ou pratiquer la plongée. Elle est idéale pour l´apprentissage de ce sport, toutefois il peut logiquement arriver qu´il y ait parfois des embouteillages sous l´eau et que du coup, on ne retrouve plus son partenaire de plongée ou bien que les bulles d’un autre plongeur te propulsent vers la surface. Mais sinon cette île a aussi d´autres choses à offrir : lorsque l´on s´éloigne ne serait-ce qu´un ou deux kilomètres des endroits populaires Mae Haad et Saree Beach on peut trouver des jolies plages comme Jansom Bay, par exemple. Le snorkeling peut aussi représenter une belle alternative à la plongée.

Björn plonge à Koh Tao Vie sous-marine, Koh Tao

Koh Tao propose encore quelques bons restaurants et une atmosphère sympathique. Tout est accessible à pied, ce qui est un grand avantage.

Le 13 avril 2011, nous avons passé le nouvel an thaïlandais sur cette île. Ce jour là, vous n´avez pas intérêt à être aquaphobe car les thaïlandais ne rateront pas une occasion de vous arroser avec des pistolets à eau, seaux ou tuyaux allant jusqu´à vous barbouiller de crème pour le visage. Et cela tout au rythme de la musique. Ils vont si loin que les supermarchés sont obligés d´emballer leurs ordinateurs et le lecteur de carte bancaire avec du plastique.

Nouvel an thaïlandais à Koh Tao

7-11 protège son PC au nouvel an

Mais la nuit venue, ce sont plutôt les touristes qui ont fait l´ambiance quitte à risquer une ou deux brûlures. Certains sont vraiment inconscients et jouent avec le feu : ils sautent à une corde enflammée ou dansent le Limbo dont le bâton est en feu et ça avec un taux élevé d´alcool dans le sang !

Limbo enflammé à la plage

  • Koh Samui

Il est difficile de juger cette île car nous l’avons visitée au printemps 2011. Les inondations de mars 2011 avaient fait pas mal de dégâts au Lamai Beach. Nous voulions alors passer à la plage suivante, Chaweng Noi, de l´autre côté de la colline et économiser le tuk tuk. Mais attention, Ko Samui est la troisième plus grande île de Thaïlande. Nous avons marché au moins 2h30 en pleine chaleur et risqué un gros coup de soleil et une insolation. Donc à ne pas faire. Mais la petite trotte en a valu la peine, Chaweng Noi est superbe, une piscine immense !

vue sur la plage Chaweng NoiChaweng Noi- Ko Samui

Cette île est principalement bien adaptée au tourisme de masse car il y’a beaucoup de ressorts et hôtels de haute gamme. Donc on trouvera surtout des vacanciers plus âgés, aisés et des familles. Les plages sont de ce fait très calmes et pour trouver l’ambiance il faudra plutôt s’en éloigner et aller en ville, à Chaweng par exemple. Là, vous trouverez tout un tas de magasins occidentaux et même le McDo. Mais pour le dépaysement, mieux vaut aller goûter les plats du petit marché de Lamai près du ring de boxe thaï en plein air.

Hut Maenum - Koh Samui

Les routes sont sinon en très bon état, ce qui est idéal pour l´exploration de l´île en scooter. Faites un stop au Big Buddha puis vers le coucher du soleil au Maenum beach pour vous offrir un petit massage thaï sur cette plage relaxante.

  • Koh Phi Phi

Sur cette petite île, dévastée en 2004 par le tsunami, tout est vraiment accessible à pied, d´autant plus qu´il n´y a ni voitures, ni deux roues. Cela n´empêche pas les embouteillages … avec les autres globe-trotters. En effet, cette île est vraiment bondée de voyageurs, pour la plupart jeunes, superficiels et qui ne viennent que pour une chose: se soûler pas cher et faire la fête toute la nuit. Ici vous ne trouverez aucune culture thaïlandaise mais il faut avouer qu´à part la full moon party à Koh Phangan (voir ci-dessous) c´est peut être l´un des meilleurs endroits au monde pour faire la fête toutes les nuits directement sur le sable. Les artistes de feu thaïlandais sont en plus très talentueux et sexy 😉

Koh Phi Phi, danse sous la pluieSpectacle de feu thaïlandaisMonkey Island

Faire un tour en bateau pour une journée en vaut vraiment la chandelle. Les îles environnantes, comme Bamboo Island et Monkey island, sont magnifiques, l´eau turquoise invite au snorkeling (Shark point), le sable est si blanc qu´il rend aveugle et bien sûr, il ne faut surtout pas rater un des lieux du tournage du film « la plage » : Maya Bay. Mais considérez cette plage comme un monument à visiter car c´est un site protégé. On y va une petite heure, marche un peu, fait un plongeon et prend une trentaine de photos, comme les 200 autres étrangers aussi.

The Beach Maya Bay

Long beach

Sur Ko Phi Phi, Long Beach est une longue belle plage de sable blanc que l´on peut aussi atteindre en bateau-taxi. Mais méfiez-vous, la même plage peut être magnifique un jour et moche le lendemain. Nous avons vu Loh Dalum Bay, par exemple, la première fois par marais basse vers la fin de l´après-midi et j´étais dégoûtée : Il n´y avait que de la boue et des cailloux, de l´eau sombre trop basse et éloignée pour nager et des bateaux enlisés dans le sable. Le tout n´avait plus rien de tropicale et faisait pâle figure à côté de la mer du nord. Cette même plage (photos ci-dessous) a été superbe le lendemain matin par marée haute et encore plus belle au soleil couchant.

Loh Dalum Bay - marée basseLoh Dalum Bay - marée haute

Si vous voulez faire la fête tous les soirs et voir de belles plages, c´est l´île idéal, mais si vous avez le sommeil léger, même les boules Quies ne pourront pas vraiment aider. Notre hutte en bambouDe notre côté, nous n’avons pas pu vraiment apprécier cette île à cause d´une série de malchances. Björn était enrhumé, puis quand il allait mieux, on a fait une fois la fête et d’un coup, il s´est mis à pleuvoir. Nous avons continué de danser puis avons regagné sous une pluie torrentielle notre hutte en bambou pleine de trous (incroyable, soit dit en passant, que pas une seule goutte d’eau n’ait pénétré le bungalow). Le lendemain, c´est moi qui était malade et je n’ai pas pu profiter de la plage. Sinon Björn ne pouvait ni marcher ni aller dans l´eau car il avait écrasé un coquillage et la plaie s´est infectée. Puis chaque soir, des millions de moustiques nous ont dévorés etc. Bref, le paradis peut se transformer en enfer des fois. Mais dans d´autres conditions, j’y retournerais bien.

  • Koh Phangan

Full Moon Party Haad Rin Koh Phangan

A la fin de notre long voyage, nous avons fait un stop de nouveau en Thaïlande et cette fois-ci, nous ne voulions en aucun cas rater la fameuse full moon party, qui comme son nom l´indique, a lieu chaque mois lors de la pleine lune. Il y´a entre-temps aussi sur Koh Phangan la half moon party et la black moon party. Lors de la full moon party, bien évidemment, les prix du logement doublent facilement.

L´île en soi est moins facile à visiter que les autres, un peu à cause de son infrastructure déficitaire. Mais pour cela, le reste de l´île est étonnement calme et plutôt isolé. Nous avons résidé à la plage Haad Yao près de Haad Salad. Ces deux plages sont très belles, il y a de bons restaurants mais pas vraiment d´ambiance. Nous avons été malheureusement à la saison des pluies. Cela veut juste dire qu´il pleut de temps en temps et que le ciel est parfois couvert, mais il ne fait pas froid pour autant et cela n´empêche pas de se baigner. C´est juste que l´eau n’est pas si belle et que la visibilité lors de la plongée n’est pas extraordinaire non plus.

Le jour de la full moon party, nous avons pris le tuk tuk pour la plage Haad Rin, le ghetto de touristes où elle se déroule. La plage s´est remplie petit à petit. La nuit, des milliers de fêtards ont envahi la plage. Des DJs partout ont Touriste - Full Moon Partymis une ambiance d´enfer. Peu avant l'éclipse totale - Full moon Party - Koh PhanganLa pleine lune nous a époustouflés avec une éclipse totale. Les gens étaient barbouillés de peintures phosphorescentes. Beaucoup de touristes avaient le pied ou le bras bandé. Ça se voit beaucoup en Thaïlande, vu que beaucoup roulent en moto, bourrés, sur des routes caillouteuses. Mais ça ne les a pas empêché de danser toute la nuit comme des fous. Les artistes de feu et les fameux jeux enflammés étaient aussi au rendez-vous. Cette nuit a été fantastique.

Buckets, FullmoonpartyCouleurs phosphorescentes - Koh Phangan - Thailand

Beachparty

Corde à sauter enflammée

Trop bourréBlessé danse toute la nuit

Il reste encore d’innombrables plages que nous ne connaissons pas. Il est très dur de parler de la plus belle île ou de la plus belle plage. Cela dépendant de beaucoup d’aspects. La même plage paradisiaque peut être plus moche qu’une plage européenne banale si la marée est basse ou le temps mauvais, juste après Palmiersdes inondations, s’il y a trop d’ordures, pendant la mousson, s´il y a trop de touristes… Ce qui est sûr, c’est que chaque île a ses points forts et points faibles. Mais pour généraliser, chacune aura des plages très différentes, une ambiance Loh Dalum Bay peut être très mochequi dépendra beaucoup de la haute ou basse saison et indépendamment de ça, des plages quasi désertes et d’autres bondées juste à côté (et cela n´aura rien avoir avec la beauté, mais plutôt avec l´infrastructure touristique). Cependant la plage la plus touristique a beau avoir un très grand choix d’hôtels, restaurants, d’endroits où faire la fête, la plupart du temps malheureusement l’assainissement reste encore peu développé. Il est déplorable que les eaux usées aillent dans la belle eau turquoise. Paradoxalement, le wifi fonctionne partout très bien… tout est une question de priorités.

En résumé : quand on est riche et qu´on aime le calme, Ko Samui me paraît l’île la mieux adaptée ; jeune et qu´on veut faire une fois la grosse fête : allez à la full moon party de Ko Phangan ; pour les jeunes qui aiment l´ambiance des bars et faire la fête régulièrement il faut choisir Ko Phi Phi, qui aussi prime avec de très belles plages. Et enfin pour apprendre la plongée et profiter d´une ambiance sympa, Ko Tao est l´idéale. Et il n’y a pas seulement le programme plage : l´intérieur des îles dissimulent souvent de belles forêts tropicales à la nature abondante.Belle vue




Première plongée sous-marine en Thaïlande

Passons à un sujet beaucoup plus drôle, celui de notre première plongée sous-marine.

Après le Vietnam, nous sommes retournés en Thaïlande pour visiter cette fois-ci le sud avec ses belles plages tropicales. Quelques voyageurs nous ont dit tellement de bien de la plongée sous-marine, qu’on a décidé, au Vietnam, de passer notre brevet de plongée. Après une courte recherche Internet, la petite île Koh Tao, au Sud de la Thaïlande, s’est avérée être l’un des meilleurs endroits au monde pour s’initier à ce sport : prix abordables et un grand choix d’écoles et de sites de plongés.

Mae hat

Plonger dans un nouvel univers surprenant a été incontestablement un des points culminants de notre voyage. C’est une sensation merveilleuse, à t’en couper le souffle au vrai sens du terme, de s’enfoncer dans des profondeurs inconnues qui recèlent tant de richesses. Autant de jolis poissons de toutes les couleurs et aux formes les plus bizarres et comiques nagent autour de toi dans une belle eau turquoise. Une vie abondante, dont on n’imagine même pas l’existence à la surface, apparaît. Tu confonds les pierres avec les poissons ou les crabes et vice versa. Puis le fait de se sentir tout léger, comme en état d’apesanteur, de pouvoir respirer sous l’eau – chose à laquelle il faut d’abord s’habituer car l’homme a naturellement le réflexe de retenir sa respiration – et puis de respirer un nouvel air artificiel au goût différent, de découvrir un milieu étranger, tout cela est effrayant et exaltant à la fois !

Colorful fishes

Christmas tree worms

Diving Koh Tao - Blue spotted stingray

Apprendre à plonger n’est pas si coûteux et difficile qu’on ne le croit. Le brevet PADIDiving with Crystal Diversinternationalement reconnu, d’Open Water Diver (niveau 1), ne dure que 3 jours et demi. Il permet de descendre à 18 m de profondeur. On a passé des cours théoriques vidéo, s’est entraîné dans la piscine et a effectué 4 plongés en mer. Tu apprends à respirer avec le matériel, à utiliser l’équipement de manière autonome, à communiquer sous l’eau avec le langage des signes propres à la plongée, et puis aussi à faire confiance à ton buddy (ton pote de plongée que tu ne dois pas lâcher d’une palme et qui est là pour te sauver la vie au cas où). Je recommande beaucoup ce sport aux couples. Ça renforce les liens. C’est sûrement mieux qu’une thérapie de couple ! 😉

Long Fin Banner Fish

Comme nous étions sur place, nous avons spontanément choisi de continuer avec le cours de niveau 2 d’Advanced Open Water Diver qui n’a duré Maria is divingque 2 jours. Cette fois-ci, on accomplit 5 spécialités aventures : les spécialités Plongée Profonde et Orientation sous marine (pendant laquelle Bjӧrn et moi nous sommes perdus et devions remonter à la surface) sont obligatoires. Puis nous avons choisi les spécialités naturalisme sous marin (un peu de biologie ne nous a pas fait de mal), Maîtrise de la flottabilité (pour garder l’équilibre et ne pas tomber sous l’eau, très important), et Plongée de nuit qui a été la meilleure de toutes. On plonge dans l’obscurité totale avec des lampes de poches et on peut observer des animaux nocturnes en pleine action, comme le barracuda partant à la chasse et attrapant sa proie à une vitesse extraordinaire. Un moment donné, le moniteur nous a fait signe d’éteindre nos torches et nous pouvions apercevoir des milliers de petites particules de plancton phosphorescentes qui brillaient comme des étoiles. Lors de la plongée de nuit, il faut vraiment faire attention à ne pas se perdre ou remonter directement sous le bateau (pour ma part, j’ai refait surface à 10 cm du bateau, de manière à éviter une belle grosse bosse de justesse).

Bjoern is doing yoga under water

Ce brevet permet de plonger jusqu’à 30 m. A cette profondeur on ne perçoit plus certaines couleurs et il se peut qu’on se sente légèrement ivre. Pour avoir l’effet garanti de l’ivresse des profondeurs, notre moniteur aime bien se vanter de plonger à 60 m. Comme cela dépasse la profondeur admise, il y va seul pour ne pas mettre la vie de quelqu’un d’autre en péril. Là-dessous il rigole un bon coup et remonte petit à petit, sans se rappeler de ce qu’il vient de faire à -60 m. A -5 mètres, il a une bouteille de rechange et il doit faire sa pause pendant une demi-heure et s’ennuie tellement qu’il a pensé accrocher un i phone résistant à l’eau ! C’est vrai qu’il était un peu barjo, le moniteur. :-) Il y’a sinon beaucoup d’autres spécialités intéressantes, qu’on peut aussi faire plus tard séparément telles que : Recherche et récupération d’objets (pour dénicher un trésor), Plongée sur épave (pour dénicher un autre trésor), spécialité photo (pour en montrer la preuve) ou encore Plongée en grotte (pour cacher tous ces trésors en lieu sûr).

Carsten and a butterfly fish

Phyllidia varicosaSea slug

Bien sûr la plongée n’est pas toujours de tout repos. Après une journée de 3 plongées, on est très KO. Une plongée dure environ 35 min, tout dépend combien d’oxygène on respire. Un débutant aura tendance à respirer plus fort et écourtera son temps sous l’eau. On panique facilement rien qu’à l’idée que le matériel pourrait être défectueux ou que de l’eau rentre dans la bouche. Il y’a aussi les problèmes de pression. Pendant la descente, j’ai souvent eu les oreilles qui font mal et j’ai appris après chez le médecin que c’était une inflammation. Ça peut vraiment te gâcher la plongée, tout comme un rhume d’ailleurs. Mais comme on pait à l’avance et que c’est un hobby relativement cher, il n’est pas question d’annuler la journée de plongée.

Under water

Mis à part ces petits soucis surmontables, apprendre la plongée sous-marine est une aventure unique en son genre alors à toi, le non-plongeur, de te prendre quelques jours et de tenter cette expérience fabuleuse ! Tu ne le regretteras pas !

Finding Nemo

Blue ring angelfish Koh Tao

Infos pratiques:

Nous avons pris nos cours de plongée chez Crystal Dive à Koh Tao, en Thaïlande. Le brevet PADI d’Open Water Diver (niveau 1) nous a coûté 9000 bahts (222 €) et l’Advanced Open Water Diver (niveau 2) 7800 bahts (193 €) avec l’hébergement au ressort du même nom compris (simples bungalows). Nous avons réservé le premier cours sur internet, ce qui est moins cher que sur place. Mais négocier le prix sur place est souvent possible. Nous avons été plutôt contents de Crystal Dive et de son matériel de plongée, à part le moisi sur les masques et tubas.

Les cours de plongée sont en plus proposés en plusieurs langues. Notre moniteur allemand, Carsten, qui vit depuis 15 ans sur Koh Tao, a été super cool et marrant et s’est aussi bien occupé de nous.

Under water worldParrot Fish in Thailand




Der kulinarische Wahnsinn Asien

Ne nous jugez pas. Ce qui est normal en Asie, ne l’est pas ailleurs et vice versa. Nous avons goûté certains plats qui vont peut-être vous choquer mais faire des expériences exceptionnelles à l’étranger fait partie du voyage.

Les cuisses de grenouilles (Hanoi, Vietnam) : eh oui, ce n’est pas en France que nous avons dégusté pour la première fois cette spécialité, mais dans une de ses anciennes colonies. Elles étaient panées et servies avec de la sauce pimentée. La viande était extrêmement tendre et avait sa propre saveur. Vraiment délicieux.

Froglegs Frogleg

Crocodile (Siem Reap, Cambodge et Saigon, Vietnam) : la chair de crocodile est une viande blanche, non grasse qui a le goût de poisson mais la consistance de dinde. Que ce soit grillé au Cambodge ou préparé dans des nems au Vietnam, le crocodile nous a toujours enchanté.

Crocodile

Les œufs de cent ans (Nanjing, Chine) : Ces œufs restent pourrir 100 jours avant d’être servis et sont verts foncés et gluants. On s’était juré en fait de ne jamais y toucher et on en a goûté par hasard, en croyant avoir commandé un dessert (ce genre de gourde arrive constamment en Chine). Le goût est indescriptible et écœurant. On n’a pas pu finir.

hundred years old egg

Asticots (Bangkok, Thaïlande) : C’est Björn qui a essayé, moi je déteste tout ce qui est larve, ver, etc. Selon lui, ça ressemble à du popcorn avec toutefois le goût d’omelette.

Bamboo worm

Le rat (Can Tho, Vietnam) : ce n’est pas le rat d’égout (espérons). Au marché dans le sud, tu peux trouver des rats vivants en cage qui sont tués puis dépouillés devant toi. Sur l’assiette, croyez le ou non, le rat grillé est délicieux et a la saveur d’ailes de poulet mais en plus tendre.

Peeling a rat at the market

Tasty rat leg Rat!

Tarentule (Cambodge) : à l’arrêt de bus, quelque part entre les villes Siem Reap et Phnom Penh, la plupart des cambodgiens du bus se sont jetés sur le stand de tarentules et ont en achetés des sachets entiers. La vendeuse en avait même une vivante sur son T-shirt ! Alors on a dû nous aussi tenter le coup. L’araignée nous a rappelé les chips aux crevettes. Les jambes sont bien croustillantes mais l’abdomen était moins bon.

Will he eat the spider Maria eating a Tarantula

Le chien (Hanoi, Vietnam): désolés nos amis des chiens. Sachez que c’est une race spécialement élevée pour être mangée. C’est une délicatesse au sud de la Chine et au nord du Vietnam qu’on ne peut pas manger sans le savoir, pour ceux qui auraient peur qu’on le leur serve alors qu’ils ont commandé du bœuf.

Nous avons marché longtemps pour trouver un resto à Hanoi qui en propose. On est arrivé trop tard : tout était fermé. La deuxième tentative était la bonne : le resto était une grande pièce avec des vieilles tables basses et des nattes en bambous pour s’asseoir. Le tout sans décoration et pas très accueillant. On était les seuls clients et on se sentait bizarre. On n’était pas vraiment dans la bonne période. Il faut savoir que les vietnamiens en mangent à la fin du mois lunaire pour la bonne fortune. Au début du mois, ça porte malheur et on était à la moitié donc ça passe encore. Bref après ça, on a eu du mal à communiquer avec la serveuse à cause de la langue. On n’était pas sûr de bien comprendre la quantité et le prix. On s’est partagé un menu qui a coûté 180 000 dongs et est constitué de 3 plats de viande de chien : des nems avec les tripes et cacahuètes, des tranche de cuisse et des brochettes. Après quelques secondes d’hésitation, on s’est lancé. Le tout n’était super bien cuisiné, la viande était de mauvaise qualité et coriace mais le goût en soit est très fort et spécial. Pas si mauvais en fait.

thit cho!

Le Cobra (Hanoi, Vietnam) : Le Mat est un village en dehors de la ville avec un joli restaurant de serpent près de l’autre. On avait déjà mangé la viande de serpent au Cambodge et elle était un peu dure. Mais ici c’est différent. C’est un acte de bravoure. Le cuisinier tue le serpent en face de toi, arrache le cœur encore battant et sanglant et le met dans un verre avec de la liqueur.

Preparing of a snake meal

Puis, il verse le sang dans un second verre et en prépare deux autres avec un liquide vert (la bile ou un truc du genre). Björn a bu le verre avec le cœur encore battant et moi le verre avec le sang. Cul sec et c’est fini. D’après lui, le cœur bat toujours sur la langue et on peut le sentir glisser le long du gosier. Le verre avec le sang ça va, mais l’autre était dégueulasse. Ensuite, le cuisinier a préparé 8 plats différents. On peut dire qu’il n’y a eu aucun « gaspillage ». L’animal a été ingurgité entièrement (excepté la tête) : la chair, des nems, la peau croustillante, les os broyés et mixés à des cacahuètes pilées et les entrailles. A part ces derniers, tout était vraiment bon. Pour ce frugal repas, on a marchandé de 600 000 à 400 000 dong pour un petit cobra royal. Ça a vraiment valu le coup.

8 delicous kobra dishes - everything from skin to the bone

Drinking the blood of a King Kobra

Il y a encore maintes autres bizarreries culinaires à découvrir en Asie. Au Laos par exemple, on peut manger des embryons de poulets ou des crapauds entiers en broches; en Chine des scorpions et pratiquement tous les organes possibles et imaginables, en Thaïlande des cafards etc…. Le pire à avaler sont les entrailles et les boissons à base d’algues. Les asiatiques sont vraiment capables de manger tout et n’importe quoi, cependant la plupart de temps, ils se contentent de riz, de poulet, de nouilles et de toutes sortes de légumes. Tout ce qui est décrit au-dessus sont soit des délicatesses, soit des snacks pour les gourmands !

Alors bon appétit !




(Allemand) Tempelleben und mit Mönchen reden

Désolée, cet article n’est disponible qu’en allemand !

Il s’agit de la conversation que Björn a eue avec un moine dans un temple bouddhiste à Chiang Mai, Thaïlande.




Trekking dans la jungle du nord de la Thaïlande

Le temps fort de notre séjour au Nord de la Thaïlande a été notre trekking dans la jungle et chez les tribus des montagnes. A partir de Chiang Mai, il est très facile d’entreprendre ce genre d’excursion. Un petit conseil : dans la rue Ratchadamnoen (près de la porte Tha Phae), une multitude d’agences de voyage propose des tours organisés. Nous avons négocié le prix à 30 euros pour 2 jours, tout inclus.

Le 23 janvier, voilà enfin venu le grand jour du départ. En bas, vous pouvez voir notre petite « famille », pour l’instant en pleine forme. Malheureusement, Jens, avec qui Björn avait fait de la moto, n’a pas pu venir (l’appel de la mer).

before start

Ça a commencé tout doucement avec la visite de la ferme aux papillons et aux orchidées, située sur la route. Nous avons pu admirer les papillons de près et sentir le doux parfum des fleurs.

butterfly farm

orchid farm

Puis à 12 personnes, nous avons tous réussit à rentrer dans le songthaew (camion-taxi ouvert). La piste poussiéreuse, qui mène au point de départ de la randonnée, cheminait déjà à travers une jungle verte et dense.

on the way to the trek

Au début de la rando, qui durera 4 heures, le sol était encore asphalté et Sonia (à droite, photo du bas) suit le groupe avec grande ardeur. Les conditions météo étaient parfaites : beaucoup de soleil mais pas trop chaud.

begining of the tekking

Nous avons apprécié l’ombre d’une grotte aux chauves-souris mais sans chauves-souris (apparemment elles ne viennent que dans la saison des pluies mais dans la saison des pluies, le guide raconte sûrement qu’on ne peut les voir que dans la saison sèche) et pris une photo du groupe au grand complet. Un drôle de mélange coloré.

batcave without bats

Puis petit à petit, nous avons pénétré dans la jungle profonde. Le sentier devenait de plus en plus étroit et glissant. Lorsque la descente devenait raide, certains (dont moi) ont atterris sur leur derrière ! Pas grave puisque le sol était heureusement mou et puis le beau paysage fait oublier les petits bobos.

slippery trekking

Ah une bonne petite pause bien méritée avec un thé offert par le village de la tribu lahu ! Après une heure et demi de marche nous avions déjà l’impression d’être loin de la civilisation. Les lahu vivent dans des huttes traditionnelles en bambou sur pilotis.

teabreak in the Lahu hill tribe village

En bas c’est la partie la plus difficile du trek : monter la colline en plein soleil. Trois retardataires manquent. Se seraient-ils perdus ? Mais au fait, où est Sonia ?

the hardest part

Oui bien vu, c’est le petit chapeau caché derrière le bananier au milieu de la photo, à la tête du trio disparu (les 2 autres étaient des australiens bourrés), Bien content qu’ils soient encore en vie, on s’est tous effondré par terre pour récupérer un peu, malgré la pression que nous mettait le guide. Puis c’est reparti pour une balade dans la forêt dense.

long trekking

La tombée de la nuit approche et là enfin nous voyons au loin le village Palong dans lequel nous allons passer la nuit. Ouf quel soulagement ! Nous avons survécu !

a long neck women in the Palong village

Les villageois qui nous accueillent, sont en fait des réfugiés provenant du Myanmar. Ils ne sont pas reconnus par le gouvernement thaïlandais. C’est pour cela qu’ils travaillent avec des guides touristiques pour survivre. On les appelle les long-cous à cause de leur collier spiral autour du cou et au-dessus des genoux.

two Long neck women

Tout en sueurs, Sonia et moi avons d’abord pris une douche très froide dans une hutte en bambou trouée de partout (bonjour l’intimité). Björn n’a pas osé.

shower

Apres un bon dîner, nous nous sommes réchauffés autour du feu en écoutant de la musique traditionnelle (en fait ce n’était qu’un seul joueur de flûte qui répétait toujours la même chanson pendant des heures, espérant peut-être recevoir un petit pourboire). Björn a même essayé de lui faire de la concurrence en jouant de l’harmonica, mais il n’a pas reçu de pourboire non plus.

campfire at the cold night

C’est dans cette hutte en bambou que nous avons dormi à 10 ! Nous avons reposé par terre sur une sorte de drap en guise de matelas avec une couverture très fine. La nuit a été incroyablement froide et dur de dormir lorsque quelqu’un veut aller au toilette et qu’en marchant le sol s’ébranle sous ses pas comme dans un tremblement de terre. Mais Björn et moi avons quand même adoré : le dépaysement garanti!

our room

Le lendemain a été le jour des plaisirs variés. Fini les longues randonnées. On a juste marché une petite demi-heure pour rejoindre la voiture. On a même eu le droit de s’asseoir sur le toit pendant que le véhicule roulait!

sitting on the top of the car

Et voici le point culminant : nous n’avions pas eu l’occasion de le faire en Inde mais en Thaïlande nous avons pour la première fois grimpé sur le dos d’un éléphant. Il nous a transporté une bonne demi-heure dans une belle vallée et s’avançait à pas sûrs, même sur des sentiers à première vue trop étroits pour un poids lourd ! A la fin pour le récompenser, il a eu droit à un câlin de ma part. On ne peut pas dire qu’ils aient la peau douce !

elefant riding

my good friend

Ensuite nous avons essayé pendant une heure le bambou rafting, c’est un radeau très simple en bambou. Il descend le fleuve tranquille très lentement. C’est très apaisant.

bamboo rafting

Pour se rafraîchir après le repas de midi, nous nous sommes baignés dans des petites chutes d’eau. Le moment a été trop court ! Les photos de nous autres filles sont censurées 😉

nice waterfall

Et le plus amusant de tous pour la fin : le rafting! Nous avons franchit en bateau pneumatique quelques rapides non négligeables pour des débutants. On s’est super bien marré et avons faillit tomber à l’eau, infestée de serpents. J’en ai vu 2 de mes propres yeux et le guide a quitté notre embarcation (!) pour essayer d’en tuer un. Faut dire que sans lui, on a eu du mal à contrôler le bateau! Nous avons adoré le rafting et nous le recommencerions tout de suite.

white water rafting

2 hommes à la mer ! Devinez qui ? Eh oui, nos australiens de tout à l’heure (alcool pas bieeen !)

2 people in the water




Virée de Björn en moto dans le Nord de la Thaïlande

Un homme a besoin de liberté et d’aventure. Alors j’ai chopé à Chiang Mai mon nouvel ami Jens et ensemble, nous avons loué une Honda Dream. Okay une Honda Dream n’est pas une moto, a seulement 125 cm3 et est une semi-automatique, mais je ne suis pas non plus un vrai motard.

Lets start the trip

A partir de Chiang Mai, nous avons roulé 4 jours sur l’un des parcours les plus difficiles du pays. On a du mal à y croire mais via 3567 virages, nous avons atteint le nid touristique Pai, la capitale de la Province Mae Hong Son  et la petite villeCurves! de Mea Chaem, en passant par Doi  Inthanon  (avec 2565 m, le plus haut sommet de Thaïlande), avant de retourner a Chiang Mai. Chaque passionné de moto devrait encore écouter ça attentivement : sur 640 km il y’a 3567 virages, donc en moyenne, d’un virage à l’autre, on parcourt à peine 180 mètres. Mais ces nombres ne veulent pas dire grand-chose. La sensation de conduire une moto a été pour moi si nouvelle et surprenante, que dès que j’ai laissé ma peur de côté et que j’ai commencé à connaître la Honda, j’ai été comme enivré.

C’est une sensation formidable, lorsque le soleil brille et le vent souffle sur mon visage et que les virages s’approchent à toute vitesse. Concentration totale, passer la vitesse, ralentir, et une fois dans le tournant, à nouveau accélérer, uniquement pour entrevoir le prochain virage en épingle à cheveux. Une montée d’adrénaline après l’autre. Des montagnes et des virages à perte de vue. C’est une aventure unique en moto. Un premier instant, je roule en plein soleil et savoure le vent de face qui balaie ma sueur. Le tournant suivant, à l’ombre de montagnes escarpées, il fait subitement 5°C de moins et je suis content de ne pas avoir enlevé ma veste. Et je sais que d’ici maximum 2 ou 3 virages je serai de nouveau au soleil. Mais le top est de se diriger vers une falaise abrupte, couverte de forêt verte et de mousse bleue, d’apprécier l’instant et de se réjouir du prochain tournant.

Street between Pai and Mae Hong Son

Et le long de la route, il y’a je ne sais combien de points de vue sur la forêt verdoyante du nord de la Thaïlande. On a toujours la possibilité de quitter la route principale et de trouver des grottes isolées et des cascades.

Si fasciné par le parcours, c’était quasiment sans importance que Pai soit un endroit merveilleusement relaxant tout comme trop touristique (comme il en apparaît au moins une fois dans chaque pays), Mae Hong Son extrêmement authentique, méritant sûrement un séjour plus long et Mea Chaem si insignifiante que j’en oublie toujours le nom. C’était aussi quasiment sans importance que l’inévitable se soit produit. Je ne suis, comme je l’ai dit, pas un motard – en fait je n’ai dans ma vie, conduit que de temps à autre un scooter sur des routes désertes – et la piste est très sinueuse, très raide et très exigeante. Pour faire court, le deuxième jour, à peu près au niveau du virage 1500, je suis rentré un peu trop vite dans le tournant et je ne pouvais plus freiner assez fort. La Honda a glissé et s’est retrouvée sous la barrière de sécurité. D’une certaine manière, j’ai réussi à glisser dans une autre direction et m’en suis sorti avec quelques écorchures profondes (et douloureuses lors de la continuation du voyage). La moto n’a pratiquement pas été endommagée et le choc a été de courte durée. Une certaine crainte m’a toujours accompagné les prochains jours, mais l’expérience a été malgré tout phénoménale !

Björn

Scenery in north Thailand




Notre voyage au Nord de la Thaïlande

Enfin la civilisation après le chaos de l’Inde! La Thaïlande nous a accueillis les bras ouverts grâce à ses habitants toujours aimables et souriants, son organisation, ses transports modernes, son shopping, sa merveilleuse cuisine extrêmement épicée et tout simplement une tonne de belles choses à faire.

Ma sœur Sonia a participé à cette belle aventure pendant 3 semaines. Elle a un autre style de voyage plus confort, ce qui a créé parfois des petites chamailleries pas méchantes. Sa présence nous a sinon permis de freiner un peu notre rythme de voyage stressant. Ainsi nous avons visité 3 villes en trois semaines : Bangkok, Ayutthaya et Chiang Mai.

A Bangkok nous avons tout d’abord partagé first nights in the bamboo guesthouse, 3 in a roomune chambre à trois au Bamboo guesthouse, qui avait l’avantage d’avoir Internet wifi gratuit, mais les chambres n’ont pas de propre salle de bain, les douches sont froides (en fait ça a fait du bien à 30 degrés en Janvier) et la rue était peuplée de chats qui criaient toute la nuit comme des zombies  (on est probablement tombé sur la saison des amours). Nous avons alors suivit Sonia dans le New Siam guesthouse où elle a pu savourer le confort d’une chambre avec air conditionné et nous tous la vie nocturne de notre quartier, dans lequel se trouve aussi la fameuse Khao San road, rue très vivante dans laquelle les touristes se défoulent comme ils veulent. Dans la Khao San tout est permis, chacun peut s’habiller comme il veut, certaines se baladent même en haut de bikini. Il y’a une multitude de restaurants, bars, de souvenirs et articles très tendances.

Khao San Road

Pour un choix plus élevé en souvenirs, le Chatuchak Market (Week-end Market) vaut le détour. Mieux vaut-il se prendre plus d’une demi-journée pour le visiter. Petite anecdote : lors de notre visite au marché, tout d’un coup toutes les centaines de personnes qui s’y baladaient se sont immobilisées et sont restées figées (comme dans 1, 2, 3 soleil) le temps que l’hymne nationale ait été jouée. C’est pour honorer le roi, qui est omniprésent. Et les voitures dans la rue, comment font-elles ?

Mais Bangkok n’a pas seulement une ambiance de fête et du shopping à n’en plus finir à offrir. Les temples majestueux Wat Phra kaew surtout, mais aussi Wat Pho, et Wat Arun resplendissent de beauté avec leurs toits dorés miroitants. Le premier temple réussit à réunir enchantement, enjouement et solennité tout en étant le temple le plus excentrique et exagéré qu’on n’ait jamais vu. Unique !

Wat Phra Kaew

Et pour se reposer des longues visites, rien de tel qu’un bon massage thaïlandais!Chacun peut se faire masser partout fish spa dans la rue pas cher. Il y’ a des massages softs mais par contre, certains peuvent faire plus de mal que de bien. Les masseurs se font un plaisir de te torturer avec les pieds, les coudes et les genoux. Il t’étirent dans tous les sens et tambourinent sur ton corps, si bien que t’aies envie parfois de crier, pleurer et possible que tu te retrouves avec un bleu le lendemain. Pour celui que ça ennui, il peut essayer le fish spa. A ce moment là, ce sont des centaines de petits poissons affamés dans un aquarium, dans lequel tu places tes jambes, qui te chatouillent en mordillant ta peau pour la nettoyer (n’ayez aucune crainte, ce ne sont pas des piranhas). Nous avons juste essayé 5 min. Mais en fait les 2 premières minutes sont les plus insupportables.

Moins drôle mais tout aussi intéressant est d’assister au sport favori de la Thaïlande: la thaï boxe. C’était bien plus captivant que la boxe normale car les frappes de pieds pratiquées demandent une technique plus approfondie. Malgré le prix scandaleux de 50 euros, Nous nous sommes quand même accordés les meilleures places de devant pour mieux entendre les coups de pieds et recevoir quelques gouttes de sueur en prime 😉

Thai Boxing

Il y a bien une tonne de choses à faire a Bangkok mais cette ville reste une métropole gigantesque et étouffante qu’on est pas mécontent de quitter pour découvrir d’autres coins de la Thaïlande plus agréables.

A seulement 2h de bus de Bangkok, nous arrivons à une petite ville, Ayutthaya, qui fut l’ancienne capitale de la Thaïlande. De ce fait, elle constitue un riche héritage historique. L’idéal est de louer un vélo pour explorer la multitude de temples et de ruines.

Sonia & Maria on a bicycle

C’est ce que nous avons fait en l’espace de deux jours, y compris la visite du floating market qui n’est pas un marché flottant authentique, mais plutôt un parc d’attractions pour touristes, pour la plupart thaïlandais (un avantage car la nourriture est très bonne et pas chère). Le 3eme jour, nous avons visité quelques temples lors d’une balade en bateau. Ça a changé du vélo qui nous a bien fait transpirer. Nos temples préférés ont été : Wat Lokaya Sutha, Wat Phra Mahatat, Wat Phanan Choeng et Wat Chaiwatthanaram. Bien entendu nous n’avons pas eu le temps de tous les voir en 3 jours.

Wat Phra Mahatat

La nuit même, nous avons prix le train de nuit pour Chiang Mai. Même Sonia a bien dormi, ce qui prouve qu’il a night train to chiangmaiété très confortable. En effet, la seconde classe sleeper te propose des lits avec draps, coussins, couverture et il y’a même des rideaux que l’on peut fermer pour un minimum d’intimité. Il vaut mieux tout de même prévoir un sac de couchage en plus car la couverture est en fait une serviette de bain très fine. Il n’empêche qu’une fois de plus, dans un train de nuit, nous avons dormi comme des bébés dans une berceuse. Je conseille donc ce train fortement mais réservez une semaine à l’avance !

Notre dernière destination a été Chiang Mai. Pour nous trois, elle a été notre ville préférée, dans laquelle nous nous sommes le mieux sentis. Elle dégage une atmosphère très relaxe, offre une multitude d’activités, de programmes culturels et est entourée de beaux paysages variés. Au Pagoda Inn, notre Guesthouse, nous avons rencontré d’autres voyageurs : Jens (l’allemand), Taylor (le canadien), Sara (l’américaine) et enfin Myriam (la belgo tunisienne). Ils ont été un peu comme une famille pour nous. Nous avons eu de longues discussions dans le jardin du Pagoda Inn, qui par contre est infesté de moustiques agressifs.

Sara, Myriam, Taylor, Pagoda Inn

Notre Guesthouse cuisine en plus merveilleusement bien et dans toute la ville on peut trouver des mets délicieux à prix très abordables, tout comme des fruits exotiques et shakes très rafraîchissants. Tout ça (en dehors des moustiques), nous a emmené à passer une dizaine de jour dans cet endroit, ce qui est un vrai luxe pour nous globe-trotters.

Many chilies in our Guesthouse
Tant de piments rouges sur la table de cuisine de notre guesthouse ! Au secours !


Ce qu’il ne faut en aucun cas rater à Chiang Mai sont les Sunday market et night market dans lesquels on trouve encore plus de souvenirs et babioles inutiles à acheter. Mais il faut dire que rien que pour ça je serais prête à retourner un week-end en Thaïlande. Les objets artisanaux sont superbes et de bien meilleure qualité qu’en Chine, Inde, ou en Indochine. Puis il y’a le beau temple sur la montagne Doi Suthep qu’il faut absolument voir. Les croyants ne se laissent pas divertir par tous les touristes, qui observent de près les coutumes religieuses des bouddhistes (vidéo). De là-haut, la vue est très belle sur Chiang Mai (uniquement par beau temps).

Tempel on Doi Suthep, Chiang Mai

Pour les amoureux de la cuisine thaïlandaise, je conseille de faire un cours de cuisine. Thai dancing showJe l’ai fait au Baan thaï, pour 700 Mmh... Maria cooked Chiang Mai noodle very wellbahts, avec Myriam et nous étions gavées comme des oies. Tu apprends à préparer 4 plats, que tu choisis dans une liste et que tu manges par la suite. Compris dans le prix est une visite du marché locale et le petit livre de recettes. En tout cas je sais cuisiner thaïlandais maintenant !

Nous avons sinon aussi assisté à un dîner- spectacle avec danse thaïlandaise. C’était plutôt sympa. Pendant qu’on était occupé à faire un programme entre filles, Björn était en virée en moto pendant 4 jours avec son nouveau pote Jens. Il le raconte dans le prochain article.

Maria in the cooking class

Mais pour moi le temps fort a été notre trekking de 2 jours à partir de Chiang Mai avec notre nouvelle « famille »…

La Thaïlande a été pour l’instant le pays le plus simple à voyager. C’est une nation stable très développée, et malgré cela les habitants sont chaleureux, les traditions authentiques et le coût de la vie reste très bas. On peut donc se faire chouchouter comme un prince pour pas trop cher. En plus le temps est splendide. C’est pour cela que la Thaïlande est l’un des meilleurs pays imaginables pour des vacances réussies et nous pouvons l’affirmer avant même d’avoir vu les belles plages du sud !

Ghosthouse
Culte animiste : en Thaïlande, on voit partout des Maison des esprits, devant les habitations, les magasins etc. Les esprits reçoivent des offrandes (ici Fanta) pour qu’ils soient de bonne humeur et protégent les habitants.