Indochine : un passé traumatisant, conclusion

Comportement inhumain

Human Skulls

Quiconque a vu toutes les cruautés en Indochine, les atrocités commises par les colonialistes, l’insouciance avec laquelle des millions de bombes ont été larguées sur le Laos ; quiconque a vu comment les Khmers rouges ont tué et torturé plus de 20 % de leur population, ou par quel moyen l’Amérique a « renvoyé le Viêt-Nam à l’âge de pierre à coups de bombes » ; quiconque a vu tout cela sur les terribles, vieilles photos en noir et blanc et sur les visages des victimes, ne peut plus parler d’un comportement inhumain. Il semblerait que la torture, l’humiliation et le massacre de sa propre espèce soit une partie intégrante du comportement humain. Nul doute que toutes les grandes civilisations ont commis de tels crimes et que ce qui se passe aujourd’hui, nous pourrons certainement le contempler dans 30 ans sur des images en couleur de haute résolution dans les musées et nous dire: « Mon Dieu, tout ce qui s’est passé avant ! Comment se fait-il que personne n’ait pu empêcher ça ?

——————————————————

Lisez aussi Partie 1 – La guerre secrète au Laos

Partie 2 Le Cambodge et les khmers rouges

et la Partie 3 – la guerre du Vietnam

de notre série sur les guerre en Indochine.




Der kulinarische Wahnsinn Asien

Ne nous jugez pas. Ce qui est normal en Asie, ne l’est pas ailleurs et vice versa. Nous avons goûté certains plats qui vont peut-être vous choquer mais faire des expériences exceptionnelles à l’étranger fait partie du voyage.

Les cuisses de grenouilles (Hanoi, Vietnam) : eh oui, ce n’est pas en France que nous avons dégusté pour la première fois cette spécialité, mais dans une de ses anciennes colonies. Elles étaient panées et servies avec de la sauce pimentée. La viande était extrêmement tendre et avait sa propre saveur. Vraiment délicieux.

Froglegs Frogleg

Crocodile (Siem Reap, Cambodge et Saigon, Vietnam) : la chair de crocodile est une viande blanche, non grasse qui a le goût de poisson mais la consistance de dinde. Que ce soit grillé au Cambodge ou préparé dans des nems au Vietnam, le crocodile nous a toujours enchanté.

Crocodile

Les œufs de cent ans (Nanjing, Chine) : Ces œufs restent pourrir 100 jours avant d’être servis et sont verts foncés et gluants. On s’était juré en fait de ne jamais y toucher et on en a goûté par hasard, en croyant avoir commandé un dessert (ce genre de gourde arrive constamment en Chine). Le goût est indescriptible et écœurant. On n’a pas pu finir.

hundred years old egg

Asticots (Bangkok, Thaïlande) : C’est Björn qui a essayé, moi je déteste tout ce qui est larve, ver, etc. Selon lui, ça ressemble à du popcorn avec toutefois le goût d’omelette.

Bamboo worm

Le rat (Can Tho, Vietnam) : ce n’est pas le rat d’égout (espérons). Au marché dans le sud, tu peux trouver des rats vivants en cage qui sont tués puis dépouillés devant toi. Sur l’assiette, croyez le ou non, le rat grillé est délicieux et a la saveur d’ailes de poulet mais en plus tendre.

Peeling a rat at the market

Tasty rat leg Rat!

Tarentule (Cambodge) : à l’arrêt de bus, quelque part entre les villes Siem Reap et Phnom Penh, la plupart des cambodgiens du bus se sont jetés sur le stand de tarentules et ont en achetés des sachets entiers. La vendeuse en avait même une vivante sur son T-shirt ! Alors on a dû nous aussi tenter le coup. L’araignée nous a rappelé les chips aux crevettes. Les jambes sont bien croustillantes mais l’abdomen était moins bon.

Will he eat the spider Maria eating a Tarantula

Le chien (Hanoi, Vietnam): désolés nos amis des chiens. Sachez que c’est une race spécialement élevée pour être mangée. C’est une délicatesse au sud de la Chine et au nord du Vietnam qu’on ne peut pas manger sans le savoir, pour ceux qui auraient peur qu’on le leur serve alors qu’ils ont commandé du bœuf.

Nous avons marché longtemps pour trouver un resto à Hanoi qui en propose. On est arrivé trop tard : tout était fermé. La deuxième tentative était la bonne : le resto était une grande pièce avec des vieilles tables basses et des nattes en bambous pour s’asseoir. Le tout sans décoration et pas très accueillant. On était les seuls clients et on se sentait bizarre. On n’était pas vraiment dans la bonne période. Il faut savoir que les vietnamiens en mangent à la fin du mois lunaire pour la bonne fortune. Au début du mois, ça porte malheur et on était à la moitié donc ça passe encore. Bref après ça, on a eu du mal à communiquer avec la serveuse à cause de la langue. On n’était pas sûr de bien comprendre la quantité et le prix. On s’est partagé un menu qui a coûté 180 000 dongs et est constitué de 3 plats de viande de chien : des nems avec les tripes et cacahuètes, des tranche de cuisse et des brochettes. Après quelques secondes d’hésitation, on s’est lancé. Le tout n’était super bien cuisiné, la viande était de mauvaise qualité et coriace mais le goût en soit est très fort et spécial. Pas si mauvais en fait.

thit cho!

Le Cobra (Hanoi, Vietnam) : Le Mat est un village en dehors de la ville avec un joli restaurant de serpent près de l’autre. On avait déjà mangé la viande de serpent au Cambodge et elle était un peu dure. Mais ici c’est différent. C’est un acte de bravoure. Le cuisinier tue le serpent en face de toi, arrache le cœur encore battant et sanglant et le met dans un verre avec de la liqueur.

Preparing of a snake meal

Puis, il verse le sang dans un second verre et en prépare deux autres avec un liquide vert (la bile ou un truc du genre). Björn a bu le verre avec le cœur encore battant et moi le verre avec le sang. Cul sec et c’est fini. D’après lui, le cœur bat toujours sur la langue et on peut le sentir glisser le long du gosier. Le verre avec le sang ça va, mais l’autre était dégueulasse. Ensuite, le cuisinier a préparé 8 plats différents. On peut dire qu’il n’y a eu aucun « gaspillage ». L’animal a été ingurgité entièrement (excepté la tête) : la chair, des nems, la peau croustillante, les os broyés et mixés à des cacahuètes pilées et les entrailles. A part ces derniers, tout était vraiment bon. Pour ce frugal repas, on a marchandé de 600 000 à 400 000 dong pour un petit cobra royal. Ça a vraiment valu le coup.

8 delicous kobra dishes - everything from skin to the bone

Drinking the blood of a King Kobra

Il y a encore maintes autres bizarreries culinaires à découvrir en Asie. Au Laos par exemple, on peut manger des embryons de poulets ou des crapauds entiers en broches; en Chine des scorpions et pratiquement tous les organes possibles et imaginables, en Thaïlande des cafards etc…. Le pire à avaler sont les entrailles et les boissons à base d’algues. Les asiatiques sont vraiment capables de manger tout et n’importe quoi, cependant la plupart de temps, ils se contentent de riz, de poulet, de nouilles et de toutes sortes de légumes. Tout ce qui est décrit au-dessus sont soit des délicatesses, soit des snacks pour les gourmands !

Alors bon appétit !




Fatigués de voyager au Cambodge

I was sick of traveling

Voici quelques lignes de plus concernant notre voyage au Cambodge, pour ne pas juste parler des khmers rouges.

En 2 semaines, on s’est malheureusement limité à Siem Reap, Phnom Penh et Sihanoukville.

Côté tourisme et culture, le Cambodge a beaucoup à offrir. Bien sûr, les temples d’Angkor à Siem Reap, l’un des sites les plus grands et signifiants d’Asie, sont impressionnants. Quoique chaque temple en soi n’est pas forcement meilleur qu’un autre en Chine ou en Inde (beaucoup sont des temples hindous). Seulement, après 3 jours de visite intensive dans la chaleur écrasante, on en a eu ras-le-bol.

To many Temples with to many people - Angor Thom

Alors après ça, on a visité les musées des khmers rouges à Phnom Penh (voir article précèdent) et là, l’humeur de Björn s’est de plus en plus assombrie. On pourrait même dire qu’il a eu une sorte de dépression de voyage (moi ça m’est arrivé plusieurs fois mais pas aussi longtemps). Il avait envie de ne rien faire, plus envie de continuer… Plusieurs voyageurs nous ont prédit que ça viendrait au bout de 5-6 mois.

What a mess - I need a rest

Alors on s’est permis quelques jours à la plage de Sihanoukville. Le mauvais temps pendant 3 jours a même été un bon prétexte pour rester au lit. On ne sortait que pour manger au bord de l’eau sans doute le meilleur poisson et le moins cher de tout le voyage : un barracuda (d’un demi mètre de long) frites qui rassasie 2 personnes affamées pour 5 dollars ! Rien que pour ça, Sihanoukville vaut le détour !

Sunset at lovely silent Sihanoukville T zot genot pizza house - the best and cheapest fish ever

Après cette pause, on était enfin prêt pour une nouvelle aventure, pour un pays palpitant et surprenant : le Vietnam.




Indochine, un passé traumatisant, partie 2 : les khmers rouges

Revenons à l’Asie : Cet article, nous voulions l’écrire depuis longtemps. Mais ce n’est pas chose facile car nos pensées sont aujourd’hui ailleurs. Ce n’est pas un sujet très gai, mais il est important pour nous d’en parler. Le Cambodge est bien plus que ce que nous allons en raconter. Mais ce qui nous a le plus intéressés et horrifiés à la fois, c’est ce chapitre douloureux de son histoire : les khmers rouges. C’est parfois incompréhensible ce que l’être humain est capable de faire et pour quelles raisons.

Le passé reliant le Laos, Cambodge et Vietnam est globalement connu de tous. Mais être sur place et voir toutes ces horreurs dans les musées, documentaires et même dans le regard de certaines personnes âgées, ne peut laisser indifférent. Pour nous autres, de l’occident lointain, c’est du passé, mais là-bas tout est encore « frais ».

On ne peut pas dire que ces pays aient eu de la chance. D’abord la colonisation des pays voisins, celle de la France, l’occupation japonaise et enfin la guerre américaine (appelée guerre du Vietnam en dehors de l’Asie). Et le pire : beaucoup de personnes souffrent aujourd’hui encore des conséquences de la guerre.

Indochine : un passé traumatisant (partie 2) : le Cambodge et les khmers rouges

La colonisation française du Cambodge en 1863 a permis que les thaïlandais se retirent du Cambodge. Puis l’indépendance du pays fut proclamée en 1953. Mais le répit est de courte durée : déjà à la fin des années 60, la guerre du Vietnam s’élargit sur le Cambodge. Entre 1968 et 1973, plus de 700.000 tonnes de bombes ont été larguées par les américains. L’attaque des Etats-Unis a conduit à ce que le mouvement nationaliste communiste des khmers rouges se renforce. La guerre civile éclate et est remportée par les khmers rouges le 17 avril 1975. Le peuple khmer est soulagé, car cela signifie la fin de la guerre. Cependant, durant les quatre années suivantes, les khmers rouges terroriseront la population. La capitale, Phnom Penh, est évacuée et plus de 2 millions de personnes, incluant les personnes âgées et malades, migrent à pieds vers les campagnes ou des camps de travail. Les conditions de travail sont inhumaines et beaucoup de paysans meurent affamés ou extenués. Les intellectuels, pour leur part, en gros tout ceux qui parlent une langue étrangère ou qui portent des lunettes, sont tout de suite exécutés dans des camps d’extermination.

S21Tuol Sleng (S21), a cell

A Phnom Penh, on peut visiter l’ancienne école transformée en prison par les khmers rouges : le musée Tuol Sleng ou S21. Les détenus, hommes ou femmes, ont été torturés afin qu’ils avouent des « crimes » qu’ils n’ont jamais commis. Les gardiens avaient des consignes précises à respecter, dont la façon de torturer. Ils devaient avoir « une raison ». Mais il était clair que tout ceux qui rentraient dans cette prison étaient condamnés à mourir tôt ou tard. Chaque interrogatoire a été documenté très minutieusement et chaque prisonnier photographié.

Some of the female prisoners in S21 some of the tortured prisonners by khmer rouge in S21

La plupart n’avaient aucune idée pourquoi on les a emmenés ici. Les prisonniers ayant survécu aux tortures, ont été transportés dans des camps d’exterminations, et ont les a abattus les uns après les autres et jetés dans des fosses communes. Les killings fields de Choeung Ek, à Phnom Penh, en est un exemple. Là-bas, les touristes peuvent contempler aujourd’hui 8000 crânes de personnes inconnues empilés dans une tour en verre. Les vitrines sont ouvertes et les crânes à portée de main. Certains pourraient même te tomber dessus, c’est plutôt bouleversant.

8000 skulls, Choeung Ek Choeung Ek, skulls of 8000 unknown victims

Même les enfants n’ont pas été épargnés. Les têtes des nouveaux-nés ont été cognées à mort contre cet arbre.

Babies killed beaten against this tree

A l’époque, le Cambodge ne comptait qu’environ 7 millions d’habitants. 1,5 à 3 millions ont été exterminés ou sont morts de faim en l’espace de 3 ans, donc près d’un tiers de la population ! Pourquoi tout ce massacre ? Un homme en est responsable : Pol Pot. Il a étudié en France et est rentré au Cambodge pour suivre son idéologie : une société rurale et autonome. Il suit l’exemple du communiste Mao, mais en étant encore plus fanatique. Pour moi, cet homme est pire que ne l’a été Hitler. On ne parle toujours que de ça dans les cours d’histoires en Europe. Ici, un tout nouveau phénomène apparaît : l’autogénocide. Pol Pot a tué des gens de sa propre nation, race, religion et opinion politique. Différentes catégories de personnes ont été tuées : des intellectuels, paysans, soldats, femmes, enfants et même des khmers rouges eux-mêmes. On peut dire qu’ils ont été assez paranoïaques et les khmers ont bien faillit devenir « une espèce en voie de disparition ». Bien entendu, ils ont été soumis à un lavage de cerveau. Mais tout cela reste incompréhensible pour la logique humaine. Etre prêts à tuer sa famille et ses propres enfants. Et à quelle fin exactement ? Tout ceci n’a aucun sens et les khmers aujourd’hui ont du mal à s’en remettre.

Mais comme si cela ne suffisait pas, les horreurs ne se sont pas arrêtées avec l’arrivée des vietnamiens. Ceux-ci ont dans un premier temps libéré les populations des khmers rouges, mais ensuite, occupé eux-mêmes le Cambodge. Par la suite, le pays resta instable jusqu’à environ 1998. Des guérillas khmères rouges ont éclatés de temps à autre, laissant des mines antipersonnelles sur leur passage. On voit aujourd’hui au Cambodge trop souvent des mendiants mutilés ou handicapés. Jusqu’à 2007, 15 % des habitants ont été victimes de mines antipersonnelles – certains touristes malheureusement ont l’air de trouver ça drôle et s’achètent des t-shirts représentant des mines qui explosent, comme par exemple celui avec Tintin qui marche avec une jambe de bois –

Ce qui est scandaleux, c’est que l’engrenage juridique a pris un temps fou. Le premier procès n’a eu lieu qu’en 2009 ! Le chef de la prison S21, Kaing Guek Eav, alias « Duch », a été le premier khmer rouge à comparaître devant les tribunaux. Le verdict : 35 ans d’emprisonnement (à l’âge de 68 ans) pour crime contre l’humanité (génocide, esclavage, séquestration, torture, viol etc.). Quoique, selon Wikipédia Allemagne, on a réduit sa peine à 19 ans. Quatre autres accusés attendent leur verdict. Par contre, le leader des khmers rouge, Pol Pot est mort en 1998 à l’âge de 70 ans, sans jamais avoir été jugé. Le Cambodge n’est pas vraiment chaud pour continuer de poursuivre d’autres responsables, pour préserver la paix. En fait, beaucoup d’anciens khmers rouges travaillent aujourd’hui dans la politique ou pour l’armée cambodgienne. Et si on élargissait le cercle des coupables, il faudrait même mettre les États-Unis, l’ONU ou encore l’Allemagne sur le banc des accusés, pour avoir soutenu les khmers rouges, en vue de combattre les vietnamiens.

* Lisez aussi la version allemande de cet article qui présente les choses sous un angle différent*

——————————————————

Lisez aussi Partie 1 – La guerre secrète au Laos

Partie 3 – la guerre du Vietnam

et la conclusion

de notre série sur les guerre en Indochine.